Pour la première fois, IBM a livré un ordinateur quantique au-delà des frontières américaines. L’appareil a été dévoilé le 15 juin en Allemagne, en présence virtuelle de la chancelière allemande et du PDG d’IBM, Avind Krishna. L’entreprise américaine le présente comme le plus puissant ordinateur quantique sur le Vieux Continent.

Un appareil pour s’entraîner

Il s’agit d’un System One d’IBM, doté d’un processeur Falcon à 27 qubits. Il existe une vingtaine de modèles similaires depuis son lancement, en 2019, dans le data center new-yorkais de l’entreprise, exploitée via le cloud par près de 150 organisations à travers le monde.

Pour le moment, les performances de l'appareil ne dépassent pas celle de l’informatique quantique. Le partenaire d’IBM, l’institut Fraunhofer-Gesellschaft, connu pour être à l’origine du modèle de compression mp3, rappelle 01net, souhaite aider le milieu de la recherche et l’industrie à s’habituer au fonctionnement de l’appareil.

Plusieurs secteurs pourraient en bénéficier, à savoir la finance, la logistique, l’énergie, etc. Les possibilités sont immenses pour une technologie qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. IBM estime d'ailleurs que le marché du quantique pourrait peser bientôt plus de 18 milliards d’euros.

L’entreprise ambitionne de développer un ordinateur quantique stable de 1 000 qubits dès 2023. À partir de ce palier, l’intérêt du quantique vis-à-vis de l’informatique classique sera perceptible. Le System One, installé à Ehningen près de Stuttgart, est ainsinappelé à gagner en puissance.

La course aux investissements quantiques

Beaucoup de pays ont compris l’intérêt stratégique de cette technologie. Angela Merkel, titulaire d’une thèse en chimique quantique en fait, sans surprise, partie. L’Allemagne a investi 2 milliards d’euros sur le financement de la recherche pour les cinq prochaines années. L’Union européenne, la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni financent également des recherches dans le domaine.

La France n’est pas en reste, Emmanuel Macron a annoncé un investissement de 1,8 milliard d’euros en janvier, le deuxième plus important du continent après l’Allemagne. Un représentant d’IBM a confié à 01net que des discussions étaient en cours avec des représentants institutionnels de l’Hexagone. En attendant, IBM a révélé que le prochain ordinateur quantique envoyé hors des frontières américaines le serait en juillet, vers le Japon.