Le 16 juin 2021, dans une note de blog, Facebook a annoncé que les utilisateurs du casque Oculus VR verront désormais des publicités directement dans leurs jeux. Pour cela, la firme s’est associée à plusieurs développeurs. Les tests débuteront avec Blaston de Resolution Games.

La publicité, toujours au cœur de la stratégie de Facebook

Au vu des résultats trimestriels de Facebook, qui ont été boostés par ses revenus publicitaires, il n’est pas surprenant que la firme poursuive ses efforts sur ce terrain. Dans sa note, elle a suggéré que la publicité deviendrait un élément essentiel de son activité de réalité virtuelle : “C’est un élément clé pour s’assurer que nous créons une plateforme autonome qui peut prendre en charge une variété de modèles commerciaux”.

L’entreprise de Mark Zuckerberg affirme que le but des publicités au sein de son casque de réalité virtuelle Oculus est d’aider les développeurs à avoir une nouvelle source de revenus, mais aussi de présenter leurs applications. Ils pourront alors choisir leur méthode de monétisation, ainsi que les publicités qu’ils souhaitent voir s’afficher dans leurs jeux. Par ailleurs, Facebook assure que cela permettrait de rendre l’appareil accessible à un plus grand nombre de personnes.

L'entreprise veut rassurer les utilisateurs quant à l’utilisation de leurs données

Facebook est régulièrement pointé du doigt pour sa manière d’utiliser les données. L’année dernière, en Corée du Sud, elle a été condamnée à payer une amende d’un peu plus de 5 millions d’euros pour en avoir partagé sans le consentement de certains de ses utilisateurs. Il s’ensuivit une fuite de données, dont 533 millions d’utilisateurs étaient concernés. D’autre part, la firme avait indiqué qu’il faudrait se connecter à son compte Facebook pour utiliser certaines fonctionnalités du casque, ce qui n’avait pas rassuré les détenteurs d’Oculus. L’objectif pour l’entreprise est de récolter les données “au contenu pertinent” pour proposer des publicités ciblées.

Ainsi, leur arrivée dans Oculus suscite, une nouvelle fois, des spéculations. Le géant des réseaux sociaux a assuré que certaines informations ne seront ni expédiées sur les serveurs Facebook ni utilisées à des fins publicitaires. Parmi elles, les données issues des mouvements ou le suivi des mains, qui sont traitées en local sur l’appareil. Celles récoltées par Oculus Move sur la taille, le poids ou le genre de l’utilisateur ne seront pas utilisées non plus. "Nous n'utilisons pas le contenu de vos conversations avec des personnes sur des applications comme Messenger, Parties et chats ou vos interactions vocales pour cibler les publicités", ajoute la société.

Comme sur le réseau social, les utilisateurs pourront choisir de masquer certaines publicités ciblées ou celles d’un annonceur précis. Il reste à voir si cela rassurera les détenteurs d’Oculus, et que cela ne ralentira pas les efforts de Facebook pour devenir leader dans le secteur de la réalité virtuelle. Dans tous les cas, elle obtiendra encore plus de données sur les habitudes de consommation de ses utilisateurs.