200 fondateurs d'entreprises, investisseurs, associations et membres de plusieurs gouvernements unissent leurs forces pour créer la prochaine génération de géants technologiques européens. Scale-Up Europe, c'est le nom de ce consortium dont les membres se sont réunis à Paris sous la houlette du président Macron le 15 juin 2021.

Scale-Up Europe : un projet soutenu par le président Macron

Voici quelques-unes des parties prenantes de Scale-Up Europe : Alan, Axel Springer, Bpifrance, Darktrace, Deutsche Startups, Doctolib, Eurazeo, Flixbus, France Digitale, Glovo, La French Tech, N26, OVHcloud, Shift Technology, Stripe, UiPath ou encore Wise. Comme l'a expliqué Emmanuel Macron au cours de cet événement : "pour atteindre nos objectifs technologiques et réaliser ces grands projets, je suivrai votre ambition de créer 10 entreprises technologiques pour une valorisation à 100 milliards d'euros ou plus d'ici 2030".

C'est ambitieux, à l'image de la politique menée par le président français depuis plus de quatre ans. Pour crédibiliser ce projet, les membres de Scale-Up Europe ont établi une feuille de route et ont publié un rapport détaillé afin de présenter leurs ambitions. Un rapport qui pourrait être considéré comme une action de lobbying auprès de la Commission européenne aux yeux de certains. Les recommandations formulées dans le rapport de Scale-Up Europe portent notamment sur les investissements.

Des recommandations pour favoriser les investissements en Europe

Les membres du consortium estiment que l'Europe est à la traîne en ce qui concerne les investissements. En effet, les fonds européens ne sont pas aussi importants que les grands fonds de capital-risque aux États-Unis ou en Chine. C'est pourquoi la France travaille sur ce sujet. Emmanuel Macron a justement déclaré ceci : "en matière de financement, nous avons vu le succès de l'initiative de Philippe Tibi au niveau français. Nous pensons que nous devrions suivre ce modèle au niveau européen". Dans son rapport, il préconise notamment de "lever le verrou du financement des entreprises technologiques".

Pour augmenter les capacités de financement, Scale-Up Europe préconise d'associer les fonds privés aux banques d'investissement publiques, pour améliorer la collaboration et permettre plus d'investissements dans les entreprises technologiques. Autre sujet sur lequel Scale-Up Europe compte se battre : les talents étrangers. Certains pays disposent déjà d'un visa de travailleur technologique. Le consortium plaide pour qu'une telle initiative soit standardisée à l'échelle européenne.

Dans son rapport, Scale-Up Europe met aussi en avant quelques recommandations pour améliorer les relations entre les grandes entreprises et les startups européennes. Les membres du groupe sont également convaincus qu'il faut créer une entité technologique européenne qui pourrait avoir le même fonctionnement que La French Tech en France, mais au niveau européen. Une organisation qui pourrait simplifier et accélérer le développement des pépites technologiques.