Aux États-Unis, cela fait maintenant une dizaine d’années qu’Amazon fait usage de la robotique. Elle gagne également du terrain en Europe au rythme des ouvertures des entrepôts de la firme, comme bientôt près de Metz. Pour continuer sur sa lancée, le géant de l’e-commerce teste actuellement plusieurs robots afin de “rendre le travail plus sûr pour les employés”.

Des robots dans les entrepôts d’Amazon pour réaliser les tâches les plus pénibles

Si certaines entreprises comptent remplacer leurs employés par des robots, Amazon voit ça d’un autre angle. La firme américaine a présenté Ernie, Bert, Scooter et Kermit. Leur mission est de soulager les travailleurs des entrepôts en réalisant les tâches pénibles à leur place.

Chacun d’entre eux a un rôle bien précis. Ernie est programmé pour prendre des produits sur les étagères des entrepôts et les livrer aux employés. Le but est de leur éviter de se faire mal à force de se pencher ou de se baisser. “L'innovation que représente un robot comme Ernie est intéressante car, même s'il ne permet pas d'accélérer le processus, nous avons bon espoir, sur la base de nos tests, qu'il pourra rendre nos installations plus sûres pour les employés”, a déclaré Kevin Keck, directeur de la technologie avancée chez Amazon.

De son côté, Bert est l’un des premiers robots mobiles et autonomes (AMR) de l’entreprise. Son rôle est de transporter des marchandises aux quatre coins de l’entrepôt. Ses configurations lui permettent, non seulement d’en porter des lourds, mais aussi dans un espace étroit.

Enfin, Scooter et Kermit, qui sont également deux AMR, sont encore en cours de développement. Une fois prêts, leur mission sera de réaliser le transport de colis vides dans des installations prévues à cet effet. Le but est que les employés d’Amazon puissent “se concentrer sur les tâches qui nécessitent leur esprit critique”, a indiqué la société.

Amazon tente de redorer son image

“Le rôle que la robotique et les technologies avancées peuvent jouer non seulement pour innover pour les clients, mais aussi pour contribuer à rendre nos installations plus sûres, est une motivation massive pour moi et mon équipe. La santé et la sécurité de nos employés sont notre priorité numéro un”, assure Kevin Keck.

Si ces robots peuvent assurément améliorer le quotidien des employés d’Amazon, il reste à voir si cela sera suffisant. Pour rappel, des salariés avaient dévoilé être contraints d’uriner dans des bouteilles, faute de pause. Les nombreux scandales sur les conditions de travail avaient failli permettre au premier syndicat d’Amazon de voir le jour en Alabama, aux États-Unis.

Dernièrement, le géant de l’e-commerce essaye de montrer qu’il fait des efforts pour ses employés, particulièrement depuis qu’il a été prouvé qu’ils se blessent plus que dans les autres entreprises. Entre ces robots et les cabines “AmaZen” destinés à réduire le stress des employés, la société tente tout pour redorer son image. Espérons que ces innovations soient suffisantes pour lui permettre d’atteindre son objectif, qui est de réduire de 50% les accidents de travail d’ici 2025.