Après des négociations plus que houleuses entre démocrates et républicains, le sénat américain vient d’approuver une projet de loi visant à investir plusieurs milliards de dollars dans des technologies d’avenir. Avant d’être présenté au président Joe Biden pour une signature, le texte doit être validé par la Chambre des représentants, rappelle The Verge.

Baptisée US Innovation and Competition Act (USICA), la loi va notamment allouer un budget de 52 milliards de dollars à la production de semi-conducteurs, secteur d’avenir et actuellement très important. En cause, une pénurie touchant plusieurs industries causée par la hausse de la demande en appareils électroniques durant la pandémie, tandis que les usines ont été mises à l’arrêt pour respecter les mesures de confinement.

Au mois de février déjà, Joe Biden a signé un décret pour imposer un examen de 100 jours des chaînes d'approvisionnement dans le secteur des semi-conducteurs. Il a ensuite proposé une enveloppe de 50 milliards de dollars afin de rendre les États-Unis plus compétitifs dans ce domaine, avec l’objectif de moins dépendre de la production chinoise. Au total, le président démocrate prévoit de dépenser 2 billions de dollars afin de relancer son pays, notamment en rénovant ses infrastructures et en investissant dans les technologies d’avenir.

Le projet de loi approuvé par le sénat ce 8 juin s’inscrit dans ce vaste plan de relance. En plus des semi-conducteurs, l’USICA prévoit également des fonds pour d’autres domaines cruciaux pour l’avenir, à l’instar de l’informatique quantique et de l’intelligence artificielle. « Celui qui gagnera la course aux technologies du futur sera le leader économique mondial », a déclaré dans un tweet le sénateur démocrate Chuck Schumer, qui a porté le texte.

En outre, l’USICA va permettre au pays d’injecter 10 milliards de dollars pour transformer les villes et les régions des États-Unis en pôles technologiques, en mettant l'accent sur la recherche et le développement dans les industries de pointe. Cela passera également par la création de nouveaux emplois technologiques partout sur le territoire, et pas seulement sur les côtes.

Reste désormais à voir si les élus de la Chambre des représentants, à majorité démocrate, approuveront à leur tour l’USICA. Si des changements sont susceptibles d’être apportés au projet de loi, ce dernier démontre l’ambition des États-Unis de dominer les secteurs technologiques de pointe, alors que leur rival chinois continue, de son côté, sa folle ascension dans ces domaines.