Lors de sa conférence annuelle destinée aux développeurs, la WWDC, Apple a fait la part belle à la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Parmi les fonctionnalités présentées le 7 juin, le service « Private Replay » proposé avec iCloud+. Elle promet un niveau égal, si ce n’est supérieur, de confidentialité de navigation que les VPN. En marge de la conférence, la marque à la pomme a précisé que ce service ne serait pas disponible dans certains pays, dont la Chine, rapporte Reuters.

« Private Replay » fonctionne sur le même principe qu’un VPN

« Private Replay » sur iCloud+ n’est pas à proprement parler un VPN, mais présente le même avantage de dissimuler la navigation de l’utilisateur aux fournisseurs de services internet, aux annonceurs et à Apple même. Cette fonction, une fois activée, transmet le trafic web d’un utilisateur vers un serveur géré par Apple où son IP est masqué. Ensuite la requête est transmise au serveur d’un opérateur tiers qui attribue une adresse IP temporaire à la requête, puis la redirige vers le site web destinataire.

Dans un entretien accordé à Fast Company, le vice-président d’Apple, Craig Federighi a expliqué l’intérêt de « Private Replay », « Nous espérons que les utilisateurs croient en Apple en tant qu'intermédiaire digne de confiance, mais nous ne voulions pas que vous ayez à nous faire confiance [parce que] nous n'avons pas cette capacité de sourcer simultanément votre IP et la destination où vous allez - et c'est différent des VPN. Nous voulions donc offrir un grand nombre des avantages que les gens recherchent lorsqu'ils décident d'utiliser un VPN, mais sans les obliger à faire ce compromis difficile et potentiellement périlleux en termes de confidentialité en faisant confiance à un seul intermédiaire ».

Apple se soumet aux législations locales en matière de confidentialité

Les partenaires d’Apple pour jouer le rôle d’opérateur tiers n’ont pas été dévoilés, la fonctionnalité ne sera pas disponible au grand public avant la fin de l’année 2021. Sauf en Chine donc. Le pays sera privé de « Private Replay » tout comme l’Arabie saoudite, la Biélorussie, la Colombie, l’Égypte, le Kazakhstan, l’Afrique du Sud, le Turkménistan, l’Ouganda, et les Philippines.

Apple a expliqué qu’elle se conformait aux législations locales, les VPN, par exemple, sont interdits en Chine. Une décision jugée nécessaire par Cupertino alors que l’Empire du Milieu représente à lui seul 15% de ses revenus. Apple est souvent pointé du doigt pour sa relation avec la Chine, qui accueille également bon nombre de ses sous-traitants. L’entreprise a souvent été prompte à se soumettre aux exigences de Pékin. Le cas « Private Replay » ne fait que s’ajouter à une liste déjà longue de compromis qui ne semble pas près de cesser de s'allonger.