Suite à l’invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump le 6 janvier dernier, le compte de l’ancien président américain avait été banni de Facebook pour une durée indéterminée. Vendredi soir, le groupe dirigé par Mark Zuckerberg a annoncé qu’il pourra revenir sur la plateforme, ainsi que sur Instagram, le 7 janvier 2023.

Donald Trump reviendra sur Facebook quand les “risques pour la sécurité du public auront disparu”

Le 6 janvier 2021, le Congrès devait certifier les résultats des élections et approuver la victoire de Joe Biden. Le même matin, cette dernière a été vivement contestée par Donald Trump dans un discours qui aurait incité ses partisans à prendre le Capitole. Comme à son habitude, l’ancien président américain est très actif sur les réseaux sociaux ce jour-là. Bien qu’il appelle finalement ses partisans à rentrer chez eux, il maintient ses accusations à la fraude électorale dans deux de ses messages.

Auparavant, Facebook n’avait effacé aucun des propos postés par le milliardaire américain sur la plateforme, bien que jugés problématiques par de nombreux utilisateurs. Or, cette fois-ci, les deux messages en question sont supprimés par l’entreprise "pour violation de sa norme communautaire sur les personnes et organisations dangereuses". Le lendemain, le compte Facebook de Donald Trump est suspendu “jusqu’à nouvel ordre” pour avoir enfreint les règles concernant l’incitation à la violence.

Début mai, l’Oversight Board, le conseil de surveillance qui arbitre les contestations des décisions de modération du réseau social, avait choisi de maintenir la décision prise par le groupe de Mark Zuckerberg. Il a aussi estimé qu’il n’était “pas approprié pour Facebook d’imposer” une sanction d’une durée indéterminée. Ainsi, il lui avait demandé de “réexaminer la décision arbitraire du 7 janvier” au cours des six prochains mois.

La décision ne s’est pas fait attendre. Donald Trump ne pourra revenir sur Facebook que lorsque les “risques pour la sécurité du public auront disparu”. Le concerné a réagi à la nouvelle en dénonçant une “insulte” faite à ses 75 millions d’électeurs. Il a ajouté que le réseau social “ne devrait pas être autorisé à s’en tirer avec cette censure et ce muselage”.

Facebook n’accordera plus de traitement de faveur aux politiques

Il est indéniable que l’invasion du Capitole a été un tournant dans la manière dont Facebook traite les politiques. L’entreprise s’était auparavant engagée à défendre la liberté d’expression. Quelque temps avant les élections présidentielles américaines, elle avait décidé d’autoriser les politiciens à diffuser des publicités sur sa plateforme, et ce, même si elles pouvaient contenir de la désinformation. Une décision controversée qui avait été critiquée par beaucoup d’internautes.

indication des sanctions imposées aux personnalités publiques sur Facebook. La suspension de compte peut aller d'une durée d'un mois à deux ans

Facebook a communiqué les nouvelles sanctions qui s’appliqueront aux personnalités publiques en cas de non-respect des règles de la plateforme. Leurs comptes peuvent être suspendus pendant une durée d’un mois à deux ans. Image : Facebook

Suite aux évènements du 6 janvier, Facebook a indiqué que les personnalités publiques seront désormais sanctionnées comme les autres utilisateurs lorsqu’elles enfreignent les règles du réseau social. En cas de troubles et de violences, leurs comptes pourront donc être bannis pendant une durée d’un mois à deux ans.

Si Facebook estimait autrefois que le discours politique était d’intérêt public, et qu’une firme privée n’avait pas à intervenir sauf des situations particulières, elle est revenue sur sa décision. Dorénavant, de nouvelles règles de modération seront appliquées aux messages publiés par les personnalités politiques. Remettant en question la liberté d’expression, ces choix pris par le géant des réseaux sociaux pourraient ne pas plaire à tous les utilisateurs. “Nous savons que nos décisions seront toujours controversées”, reconnaît Facebook dans son communiqué.