Finalement, Joe Biden ne sera peut-être pas si tendre avec la Chine. Le nouveau président américain semble bien décidé à contrôler les investissements américains, pour s'assurer que les entreprises nationales ne financent pas n'importe quel autre projet. Biden a signé un décret pour interdire les investissements dans des entreprises qui fabriquent des technologies de surveillance ou qui ont des liens supposés avec l'armée chinoise.

Les technologies de surveillance dans le viseur de la Maison Blanche

Ce nouveau décret fait passer le nombre d'entreprises chinoises soumises à des restrictions de 48 à 59. Parmi elles, ni DJI, WeChat ou encore TikTok ne figurent. En revanche, plusieurs entreprises qui fabriquent et utilisent des technologies de surveillance pour contrôler les minorités musulmanes, dont les ouïghours et les dissidents à Hong Kong, apparaissent bien sur cette liste. La preuve que Joe Biden est tout de même plus ou moins sur la même ligne politique que Donald Trump à propos de la Chine.

L'actuelle administration des États-Unis pourrait néanmoins s'y prendre de manière plus "méthodique". En effet, c'est ce que laisse penser la récente levée des interdictions pour Xiaomi, une entreprise chinoise que Donald Trump avait décidé de placer sur liste noire juste avant son départ. Un responsable de la Maison Blanche a néanmoins précisé ceci : "nous nous attendons à ce que, dans les mois à venir, nous ajoutions d'autres entreprises aux restrictions imposées par le nouveau décret". Les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis n'en sont peut-être finalement qu'à leurs débuts.

Le début d'une nouvelle vague d'interdictions ?

Avec ce nouveau décret, Joe Biden respecte les engagements pris au moment de sa campagne lorsqu'il disait vouloir tout faire pour interdire les violations des droits de l'Homme dans le monde entier et particulièrement en Chine. L'Empire du milieu a longtemps utilisé des technologies de surveillance, des scanners téléphoniques ou d'autres technologies liées à l'intelligence artificielle pour renforcer les forces de police chinoises et l'armée du pays. Alibaba aurait notamment développé un algorithme de reconnaissance faciale capable d'identifier les ouïghours.

À compter du 2 août 2021, les entreprises américaines ne pourront donc plus investir dans ces 11 entreprises supplémentaires. L'ordonnance permet aux investisseurs actuels de se défaire de leurs avoirs sur une période d'un an. Avec ces nouvelles mesures, Biden semble bien à son tour décidé à vouloir freiner la croissance chinoise. L'objectif est aussi d'empêcher la Chine de dominer le secteur technologique mondial, et tout particulièrement dans les domaines de l’intelligence artificielle, de l’informatique quantique, de la 5G, de la biotechnologie et des technologies de surveillance.