Mercredi 2 juin 2021, Colis Privé a annoncé (pdf) dans un communiqué s’associer à Survey Copter, la filiale de drones légers d’Airbus, pour un projet inédit. Les deux entreprises étudient la faisabilité d’un service de livraison de colis par drone.

Colis Privé et Survey Copter, un partenariat qui pourrait changer la livraison de colis

Livrer un colis par les airs pourrait bientôt être possible. Si La Poste ou la Royal Mail l'avaient déjà expérimenté, Colis Privé et Survey Copter réfléchissent, eux aussi, au déploiement d’un service de livraison de colis par drone. "Ce partenariat hautement symbolique incarne à la fois la puissance de l’innovation 100% française, mais aussi et surtout la projection des futurs contours de la livraison des particuliers par drone", indique Frédéric Pons, cofondateur de Colis Privé et HOPPS Group, dans un communiqué.

Pour cela, les deux entreprises vont réaliser une étude de faisabilité qui permettra d’évaluer les contraintes et les limites du projet. Le but est d’établir une viabilité économique avant de s’essayer à quelconque test.

Par ailleurs, Colis Privé a indiqué dans son communiqué que cette étude pourrait enrichir “les scénarios types qui sont ensuite proposés à l’EASA pour consolider la réglementation Européenne en matière de transport autonome non habité”.

Plusieurs entreprises s’essayent à la livraison par drone

Les deux firmes ne sont pas les seules à vouloir proposer ce type de services. En 2019, Uber Eats dévoilait déjà le prototype de son drone de livraison. Un an plus tard, c’est Amazon qui obtenait le feu vert de la FAA pour déployer les siens dans le cadre de son service Prime Air.

Samsung s’y est aussi essayée dans une ville irlandaise. Volant en moyenne à 60 km/h et à une altitude comprise entre 50 et 80 mètres, les drones de la firme mettent environ trois minutes à arriver jusqu'à leurs destinataires. En revanche, il faut détenir un des derniers appareils de la gamme Galaxy pour profiter du service.

La livraison par drone pourrait donc révolutionner la logistique des transporteurs et des marques. Si cela permettrait de gagner du temps, cela s’avérerait surtout utile pour livrer les habitants de zones reculées et difficile d’accès, vivant par exemple dans les montagnes, ou les îles.