L'un des nombreux efforts déployés par Google pour proposer un web plus rapide est désormais accessible à tous. Avec Quic, Google a trouvé un moyen d’améliorer la vitesse et la sécurité de nos connexions internet. Le protocole, testé depuis 8 ans, est désormais suffisamment mûr pour être adopté à plus grande échelle.

En début de semaine, l'Internet Engineering Task Force (IETF), l'organisation qui définit de nombreux standards pour le web, a publié Quic en tant que norme. Google l’a testé pour la première fois en 2013 dans son navigateur Chrome avant que d’autres navigateurs et services l’exploitent. Mais l’IETF qui scrute la technologie depuis 2016 la juge désormais suffisamment solide pour être adoptée par le plus grand nombre.

Comparatif de fonctionnement et performances de Quic

Comparatif de fonctionnement et performances de Quic.

Quic est un protocole de transmission de données entre ordinateurs. Il vient remplacer le bon vieux TCP (Transmission Control Protocol), un protocole qui date de 1974 et qui gère la manière dont les données sont placées dans des paquets adressés, acheminés et renvoyés vers des informations utilisables. Quic utilise le protocole UDP (User Datagram Protocol), permet une récupération des paquets plus rapide mais offre également un meilleur chiffrement des connexions. L’adoption massive de ce protocole permettra ainsi des performances dopées pour le chargement des vidéos, de meilleures connexions lors des sessions en visios ou encore une navigation plus rapide sur les sites web. En outre, les visites de sites internet seront mieux sécurisées grâce à un chiffrement renforcé.

Néanmoins Rome ne s’est pas faite en un jour et il faudra probablement encore beaucoup de temps avant que le protocole soit largement adopté par tous. Bien que les performances affichées puissent être alléchantes il faut encore que les différents services utilisant le protocole TCP aient la volonté et les ressources pour faire la bascule.