Cdiscount a annoncé l’ouverture de son capital le mardi 1er juin 2021. Sa maison mère, Casino, a indiqué que Cnova, l’entreprise par l’intermédiaire de laquelle elle détient la plateforme d’e-commerce, songeait à émettre des actions nouvelles pour un montant d'environ 300 millions d'euros, qui pourrait être lancé dans les prochains mois “sous réserve des conditions de marché”.

Une levée de fonds qui permettrait à Cdiscount de poursuivre son ascension

Au fil des dernières années, l’e-commerce s’est ancré dans nos habitudes d’achat, aidant beaucoup d’entreprises comme Cdiscount et Amazon à développer une activité de place de marché. Elles offrent une plateforme sur laquelle des commerçants extérieurs à la firme peuvent vendre leurs produits. Une grande partie des professionnels y voient une opportunité, car cette composante du e-commerce est bien plus rentable que la vente directe, qui immobilise la trésorerie par les achats de stocks.

Ainsi, Cdiscount offre un accès à son site, qui enregistre 23 millions de visiteurs par mois, et des prestations logistiques. La plateforme y trouve son avantage, car elle prélève une commission de 12% à 13% sur les ventes effectuées par ses 13 000 vendeurs. Grâce à son activité, son chiffre d’affaires a atteint 2,2 milliards d’euros l’année dernière. Concernant sa rentabilité opérationnelle, un indicateur de performance important, elle a progressé de 62,5% en 2020, pour atteindre 133 millions d’euros.

Cette levée de fonds, qui devrait avoir lieu avant la fin de l’année, pourrait contribuer au bon développement de la plateforme, mais pas seulement. Casino indique qu’elle vise à financer “le déploiement international du groupe” et à “renforcer ses capacités technologiques de premier plan”. Le but est de profiter du boom de l’e-commerce, de la croissance rapide de la marketplace de Cdiscount, mais aussi de ce qu’ont à offrir ses services technologiques B2B de sa filiale de conception de marketplace Octopia.

"L'augmentation du capital que nous envisageons donnera à Cnova la pleine capacité d'accomplir sa mission et de développer un réseau décentralisé de marketplaces indépendantes alimenté par le savoir-faire et les actifs uniques de Cnova", a indiqué Emmanuel Grenier, PDG du groupe. Par ailleurs, Casino, qui détient environ 65% du capital, compte bien rester l’actionnaire majoritaire, et ce, même si d’autres investisseurs décident de vendre une partie de leurs actions.

Cette levée de fonds est une façon pour Casino de faire reconnaître sa valeur boursière auprès des marchés financiers. C’est également le cas de celle de sa filiale d’énergies renouvelables GreenYellow, dont l’opération devrait être dévoilée bientôt.