L’opérateur a annoncé le 31 mai investir le lucratif marché de l’hébergement et du cloud avec une entité indépendante, Bouygues Telecom Entreprises OnCloud (pdf). Après Orange et OBS, Free et Scaleway, Bouygues est le troisième opérateur français à se lancer sur le cloud.

Bouygues Telecom affiche son ambition

La structure va profiter de l’infrastructure et l’expérience de Nerim, acquise par Bouygues en 2019. Elle aura ses propres équipes pour l’avant-vente, ses commerciaux et experts. François Treuil, directeur de Bouygues Telecom Entreprises, s’est félicité que « Depuis deux ans, des dizaines de collaborateurs ont conçu de nouvelles infrastructures et des offres basées sur les besoins réels de nos clients ». Bouygues met également en avant les synergies, l’expérience de l’opérateur français dans son ensemble, pour donner confiance à son offre d’opérateur, d’intégrateur et d’hébergeur cloud.

L’opérateur ne dissimule pas ses ambitions puisqu’il annonce viser toutes les organisations qui ont entamé leur transformation numérique, PME, ETI, Collectivité publique, DSI des grands groupes. Le moment est propice alors que la crise sanitaire a accéléré le phénomène partout dans le monde, sur un marché qui a généré 42 milliards de dollars au premier semestre 2021.

La souveraineté comme argument clef

Face aux géants qui dominent le marché, les Américains Microsoft Azure, AWS, et Google, Bouygues martèle un argument massue : la souveraineté numérique. François Treuil s’est dit ravi « de devenir un acteur complet, souverain, de droit français, au moment où les cartes du cloud sont rebattues et où la transformation numérique de nos entreprises et collectivités s’accélère ».

Un argument bien utile puisqu’il y a seulement deux semaines, le gouvernement mettait en avant sa stratégie nationale pour le cloud où la souveraineté occupe une place centrale. Le contexte est favorable, mais la concurrence bien implantée, les équipes de Bouygues Telecom Entreprises OnCloud auront fort à faire pour s’imposer.