Lenovo et Reach3 Insights ont travaillé main dans la main pour publier cette enquête relative aux habitudes des joueuses en ligne. Leur travail montre que 59% des joueuses en ligne cacherait leur genre éviter de se faire harceler... Des résultats obtenus à partir d'un échantillon de 900 joueuses américaines, chinoises et allemandes. Des résultats peu reluisants, qui reflètent malheureusement la réalité de tous les jours.

Les joueuses en ligne font face à des comportements inappropriés

Selon l'étude dévoilée par Lenovo et Reach3 Insights, les joueuses en ligne doivent faire preuve de résilience, même dans ce cadre virtuel. Si elles décident à 59% de cacher leur genre, c'est notamment parce qu'elles ont déjà fait face à des comportements de harcèlement. L'étude montre que 77% d'entre elles font face à des comportements inappropriés. Les joueurs les questionnent notamment sur leur aptitude à jouer, les mettent à l'écart, ou font preuve de condescendance. C'est la triste réalité du quotidien des joueuses en ligne.

Au-delà de ces comportements inappropriés, 44% des femmes interrogées ont également relevé des "demandes de relations non sollicitées". C'est aussi pour cette raison qu'une majorité d'entre elles cachent leur genre. Dans le cadre de cette enquête, les joueuses ont affirmé que des solutions pourraient permettre d'éviter cela. Elle pensent que des publicités intégrées dans les jeux vidéo avec plus de femmes, pourraient permettre de les aider à mieux intégrer la communauté des joueurs en ligne. Quand on sait à quel point la publicité peut influer sur le comportement, cela semble être une bonne idée.

Bientôt la création d'une compétitive e-sport féminine ?

En parcourant l'étude réalisée par Lenovo et Reach3 Insights, on s'aperçoit également que les joueuses en ligne sont de véritables compétitrices. Les résultats montrent que 88% d'entre elles jouent à des jeux de compétition. 75% d'entre elles jouent à des jeux d'action et de survie, tandis que 66% à des FPS. Elles sont également une majorité (61%) à désirer la création de compétitions e-sport féminines, comme c'est le cas pour les autres sports. Elles ne cachent pas leur envie d'évoluer à haut niveau, comme c'est le cas pour les hommes.

Le profil des amateurs de jeux vidéo évolue au fil des années. Selon Antoine Dubuquoy, conseiller en stratégie digitale longtemps plongé dans l’in-game advertising : "le succès d’Animal Crossing durant le confinement est un bon exemple de la diversité des profils de joueurs et joueuses qu’offre le vidéoludique. Le public s’est élargi dès l’apparition de la Wii de Nintendo, des jeux sur smartphone, des consoles portables : 48% des joueurs sont des joueuses". L'étude de Lenovo montre tout de même que 91% d'entre elles sont très heureuses de leur représentation dans les jeux indépendants.