Dans les résultats trimestriels dévoilés (pdf) par Tencent jeudi, tous les voyants sont au vert. Les chiffres de la société, principalement portés par les jeux vidéo, ont même dépassé les attentes des analystes. Or, une ombre pourrait venir ternir le tableau : la vaste opération de régulation des marchés par les autorités chinoises.

Tencent affiche une belle croissance

Le géant chinois du numérique Tencent a, une nouvelle fois, signé un excellent trimestre. Entre janvier et mars, le propriétaire de WeChat, Kuaishou mais aussi QQ a généré un chiffre d’affaires de 135,3 milliards de yuans (17,2 milliards d’euros), soit 25% de plus que la même période l’année précédente. Des chiffres qui grimpent, portés par différents secteurs d’activité. “Au cours du premier trimestre, nous avons enregistré une croissance solide dans l'ensemble de nos activités tout en continuant à améliorer nos produits et services”, a déclaré Pony Ma Huateng, PDG de Tencent, dans un communiqué.

Le jeu vidéo, marché central de son activité

Les jeux vidéo ont toujours été au cœur de l’activité de l’entreprise. En effet, au cours des derniers mois, Tencent a redoublé d’efforts dans ce secteur. L’année dernière, elle a annoncé l’ouverture d’un nouveau studio de jeux vidéo en Californie, la création d’une super plateforme de streaming, mais également l’entrée au capital de Voodoo, pépite du jeu vidéo français.

Ses efforts finissent désormais par payer. Ce trimestre, les jeux vidéo ont représenté un tiers de l’activité de Tencent. En revanche, au fur et à mesure que la crise sanitaire s’estompe, la croissance des jeux sur smartphones de la firme ralentit. Malgré tout, elle a réussi à augmenter de 19% par rapport à la même période l’année dernière, notamment grâce à des jeux comme Honor of Kings ou Peacekeeper Elite, très populaires en Chine. Par ailleurs, les revenus provenant de l’étranger ont continué de progresser, PUBG Mobile restant un des jeux les plus appréciés au monde. Pour continuer sur sa lancée, la firme lancera prochainement 60 nouveaux jeux vidéo.

Les autres activités progressent également

Les revenus de la division fintech et des services dédiés aux entreprises de Tencent, qui inclut son activité cloud, ont augmenté de 47% par rapport au dernier trimestre de 2020 grâce à l’acquisition de Bitauto, un site de vente de voiture. Par ailleurs, ceux issus de la publicité en ligne ont progressé de 23%, générant 21,8 milliards de yuans.

page d'accueil du site de vente de voitures bitauto

La page d’accueil du site de Bitauto. Image : Bitauto

La menace des autorités chinoises plane sur de Tencent

Les revenus du secteur financier n’y sont pas pour rien dans la croissance de Tencent. Or, ce secteur est dans le viseur des autorités chinoises, craignant des risques systémiques qu’il fait courir à l’endettement du pays. Le régime communiste a les entreprises chinoises de la tech dans le collimateur depuis l’affaire impliquant Jack Ma, PDG d’Alibaba et d’Ant Group. En effet, l’homme d’affaires avait publiquement critiqué les régulateurs du pays, les accusant notamment de freiner l’innovation. Les conséquences ne se sont pas faites attendre : l’introduction en bourse record d’Ant Group a été bloquée, et les autorités s’attaquent désormais aux grandes entreprises du numérique en introduisant de nouvelles réglementations.

Ainsi, par rapport au mois de janvier, l'action de Tencent a perdu un cinquième de sa valeur, soit près de 200 milliards de dollars. Elle s’est également vue infliger une amende symbolique de 500 000 yuans (63 000 euros) par les autorités chinoises, bien décidées à faire respecter les nouvelles réglementations.

Cette surveillance pourrait ne pas s’arrêter de sitôt pour Tencent. Cette semaine, l’entreprise a indiqué que sa division musique était soumise à un important contrôle. Pour calmer les tensions, Pony Ma a assuré que sa firme était “consciente de sa responsabilité sociale” et a promis “d’apporter un impact encore plus positif à la société”.