La commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales du Sénat américain a adopté à l’unanimité un projet de loi visant à interdire TikTok sur les téléphones de fonction des agents du gouvernement, le 12 mai.

TikTok soupçonné d’espionnage

La très populaire application appartenant à l’entreprise chinoise ByteDance est passée plusieurs fois proche de l’interdiction ou du rachat aux États-Unis. L’administration Trump accusait l’application de recueillir des données sur ses utilisateurs américains et de les fournir au gouvernement chinois. Une accusation reprise par le Sénateur Cotton, l’un des soutiens du « No TikTok on Government Devices Act ». Il a déclaré que « TikTok recueille et stocke ensuite des informations privées sur des serveurs accessibles par le Parti communiste chinois ».

Les tentatives de ByteDance pour rassurer les Américains ont souvent ressemblé à des coups d’épée dans l’eau : recrutement d’un éphémère PDG américain, création d'un comité de modération aux États-Unis, centres de transparence

Des efforts vains, qui n’ont en rien influencé les avis très arrêtés des élus. Les élus républicains sont notamment particulièrement en pointe sur le dossier. Le sénateur du Missousri Josh Hawley, à l’origine du projet de loi, considère toujours que « TikTok est une menace immédiate pour la sécurité qui n'a pas sa place sur les appareils gouvernementaux ».

Une loi déjà appliquée dans plusieurs administrations

En mars 2020 Josh Hawley avait déjà déposé un projet de loi similaire lorsque les représentants de TikTok avaient refusé de se présenter à une audience de la sous-commission du crime et du terrorisme, « Partenaires dangereux. Big Tech & Beijing ». Il avait été adopté à l’unanimité par le Sénat en août 2020. Une législation est portée parallèlement à la Chambre des représentants par un autre élu républicain, le député Ken Buck.

L’application est déjà bannie de plusieurs administrations critiques américaines. Le département d’État, le département de la sécurité intérieure, celui de la défense et la Transportation Security Administration. La loi viendra renforcer une disposition déjà bien ancrée. Un moindre mal pour ByteDance qui aurait pu redouter bien pire.