Dans un livre paru le 11 mai et intitulé Amazon Unbound: Jeff Bezos and the Invention of a Global Empire, le journaliste américain Brad Stone révèle qui se cache derrière la voix de l’intelligence artificielle d’Amazon, Alexa. Selon les révélations du journaliste, Nina Rolle, actrice vocale américaine, aurait prêté sa voix à la version anglaise de l’assistant vocal.

Amazon n’a pas confirmé qui a prêté sa voix à Alexa

Lancée en 2014, Alexa d’Amazon est probablement l’une des voix les plus connues du monde. Des millions de personnes l’utilisent au quotidien pour lui demander la météo ou jouer de la musique. Dans son livre, dont le magazine Wired a publié quelques pages, Brad Stone révèle que Nina Rolle a été choisie par le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, après un long processus de sélection.
“Estimant que la sélection de la bonne voix pour Alexa était essentielle, Greg Hart [le cadre d'Amazon de l'époque] et ses collègues ont passé des mois à examiner les enregistrements de divers candidats produits par GM Voices pour le projet et ont présenté les meilleurs à Jeff Bezos. L'équipe Amazon les a classés pour ne retenir que les meilleurs, a demandé des extraits supplémentaires et a finalement fait un choix. Jeff Bezos l'a approuvé”, écrit Brad Stone.

capture d'écran du site de nina rolle, potentielle voix d'alexa d'amazon

Nina Rolle prête sa voix dans de nombreux domaines. Image : Ninarolle.com

Nina Rolle a prêté sa voix dans des publicités de Honda, Absolut mais aussi Volkswagen. Si l’actrice vocale a mis en avant une liste détaillée de ses clients sur son site, Amazon n’y figure pas. Par ailleurs, ni la firme américaine ni Nina Rolle n’ont confirmé ou démenti les propos avancés par Brad Stone.

Au fil des années, les enceintes connectées se démocratisent et font partie intégrante du quotidien de nombre de personnes. Que ce soit Google Assistant, Alexa ou Celia de Huawei, la voix par défaut est celle d’une femme, ce qui a été jugé sexiste par certains. En effet, l’ONU avait souligné les clichés liés aux assistantes féminines, mais aussi le fait que les femmes devraient répondre aux ordres et les exécuter sans s’y opposer. De son côté, Apple avait finalement décidé de laisser ses utilisateurs choisir le genre de Siri.