Michelin poursuit ses objectifs de développement durable, avec l’ambition de produire des pneus 100% en matières recyclées d’ici 2050. Une nouvelle étape vient d'être franchie avec l’annonce d’un partenariat avec Carbios, une start-up auvergnate spécialisée dans la chimie biologique dans le développement d’une nouvelle génération de pneus faite de plastique recyclé.

Conscient de l’impact de ses produits sur l’environnement, Michelin s’intéresse depuis plusieurs années déjà à des solutions plus respectueuses de l’environnement. En 2020, 28 % des composants utilisés pour fabriquer des pneumatiques chez Michelin étaient déjà composés de matériaux durables, d’origine naturelle ou recyclés. À terme, l’entreprise envisage d’utiliser des matériaux recyclés pour 40 % de sa production d’ici 2030 et atteindre les 100% d'ici 2050.

Pour arriver à ces résultats, l’entreprise a mis en place de nombreux partenariats. Le dernier en date, fruit de son partenariat avec la société Carbios, a permis de tester et valider une nouvelle technique de recyclage d’objets en plastique dont la substance pourra servir à la fabrication de fil de polyester, utilisé dans les pneus.

Ce nouveau procédé consiste à utiliser une enzyme capable de décomposer le PET (une matière polluante pétro-sourcée qui sert à fabriquer les bouteilles en plastique ou les emballages alimentaires par exemple) puis de les réutiliser pour fabriquer du nouveau PET sans perte de qualité permettant ainsi un recyclage à l'infini et à la clé, une forte diminution d’utilisation de pétrole nécessaire à la fabrication du plastique. Chaque année, ce sont en effet 1,6 milliard de pneus de véhicules légers qui sont vendus dans le monde. Les fibres PET utilisées dans ces pneus représentent à elles seules 800 000 tonnes par an.

Les résultats des premiers essais n’ont pas été communiqués, mais d’après Nicholas Seeboth, directeur de la recherche sur les polymères chez Michelin, les premiers prototypes de pneu ont affiché des capacités et des performances identiques à des gommes fabriquées avec des produits pétroliers. Cette nouvelle enzyme devrait arriver progressivement dans le processus de fabrication Michelin. D'après l'entreprise, près de 3 milliards de bouteilles plastiques par an pourraient être recyclées en fibres techniques pour ses pneus.

La route vers la fabrication de pneus 100% durable paraît encore bien longue mais l’annonce de nouveau processus est déjà une énorme avancée pour l’ensemble de l’industrie.