Le Pentagone envisage de mettre un terme à son programme de cloud JEDI (Joint Entreprise Defense Infrastructure) confié à Microsoft en octobre 2019 à la suite d’un appel d’offres litigieux. Amazon conteste devant les tribunaux une décision qui aurait été prise sous l’influence de Donald Trump. Une bataille juridique qui retarde sérieusement le calendrier du projet JEDI et pourrait le mettre en péril.

L’attribution du projet à Microsoft, une vengeance de Donald Trump ?

Le programme JEDI traduit la volonté du Pentagone d’unifier ses services de cloud pour consolider son système de données, en faciliter l’accès à ses membres et se donner une base pour développer des capacités en Intelligence artificielle. Au total, un investissement de 10 milliards de dollars sur 10 ans.

Les deux plus grands acteurs du secteur, Amazon et Microsoft, se sont âprement battus pour ce projet d’envergure. C’est finalement le second qui l’a emporté. Une décision que Jeff Bezos n’a pas digérée. Ce dernier y a vu la main de Donald Trump. Le président américain a une dent contre le fondateur d’Amazon à cause de la couverture critique de l’administration Trump par son journal, le Washington Post.

Le Pentagone a nié toute intervention du président, mais la bataille juridique a été engagée. En avril 2021 un juge fédéral a jugé irrecevable le rejet par le ministère de la Défense d’une partie du dossier d’Amazon. Plus tôt, le 28 janvier, un rapport du Pentagone expliquait que les procès en litige étaient de nature à perturber la mise en place du programme JEDI Cloud.

Microsoft a déclaré dans les pages du Wall Street Journal que l’entreprise était « d’accord avec le [gouvernement] américain sur le fait qu'un litige prolongé est néfaste et a retardé la mise à disposition de cette technologie aux membres de nos services militaires qui en ont besoin ». Elle s’est dite prête à « soutenir le ministère de la Défense pour mener à bien le projet JEDI et d'autres projets essentiels du DoD ».

De son côté, la secrétaire adjointe à la défense, Kathleen Hicks, a déclaré que le dossier devrait être réexaminé après le jugement d’avril.

Le cloud du Pentagone, tous perdants ?

Ce réexamen pourrait être aussi défavorable à Microsoft qu’à Amazon. Plusieurs voix se sont élevées contre le projet JEDI en lui-même. Qu’une seule entité se charge de fournir un tel service pour un organisme aussi vaste que celui du Pentagone est jugé peu pertinent.

On préconise plutôt à Washington d’utiliser des services cloud adaptés par secteur du ministère ou d’élargir les contrats actuels. Une solution qui aurait l’avantage de mettre un terme au litige actuel. En attendant une décision franche, qu’elle soit judiciaire ou politique sur le projet JEDI Cloud, le ministère de la défense américain reste dans l’expectative.