« Lorsque la pandémie a frappé, nous avons travaillé avec Microsoft Education et nous avons convenu d'accélérer le développement [de Reading Progress] », témoigne à The Verge le chef de produit de Microsoft Education Mike Tholfsen. Aujourd’hui c’est donc chose faite et Microsoft Teams propose Reading Progress, une fonctionnalité gratuite de lecture pour les élèves.

« Avec la pandémie, si vous pensez à la fluidité de la lecture, cela devient vraiment difficile... parce que vous ne pouvez pas être à côté des élèves », explique Mike Tholfsen. Afin d’améliorer leur lecture, les élèves pourront dorénavant s’enregistrer en train de lire un texte à haute voix, qui est ensuite analysé par un algorithme puis évalué par le professeur.

La partie analytique, accessible par les professeurs via un tableau de bord, permet d’évaluer la précision de la lecture, les fautes de prononciation, ou encore le nombre de mots par minute. Une API évalue les mauvaises prononciations, mesure des intervalles de confiance et décompose les mots en fonction du passage lu. Cette partie analytique peut être désactivée ou sa sensibilité modifiée, ce qui est particulièrement intéressant pour les élèves ayant des difficultés, comme la dyslexie.

« Les enfants préfèrent la lecture à l'ordinateur »

Avec les confinements, l'enseignement s’est modifié pour privilégier les classes à distance et cela n’est pas sans conséquences. Une étude de l’université de Stanford estime qu’avec la pandémie, la maîtrise de la lecture a baissé de 30% chez les apprenants de petites classes. La faute au passage au numérique ? Pas selon Mike Tholfsen qui estime que « d'après ce que nous avons vu jusqu'à présent, les enfants préfèrent la lecture à l'ordinateur ».

Travaillant sur cette fonctionnalité depuis quelques années, Microsoft a sorti ses premières maquettes au début de l’année 2019. L’entreprise a donc mis les bouchées doubles pour sortir Reading Progress pour la rentrée prochaine. Depuis octobre 2020, Microsoft teste avec plus de 350 enseignants une version alpha.

« Nous travaillons avec l'équipe des services linguistiques d'Azure, et nous avons eu un partenariat très étroit avec eux », détaille Mike Tholfsen. Ainsi, la technologie utilisée pour Reading Progress est la même que celle de PowerPoint Coach. Pour le moment, le service est conçu pour un public anglophone. À terme, Reading Progress sera accessible dans plusieurs langues et sera capable de gérer, entre autres, les différents accents.

Microsoft espère que la technologie se déploiera au-delà d’un contexte scolaire. Bien que les élèves pourront se visionner, l’entreprise espère également que cette approche sera moins stigmatisante qu’une lecture devant un professeur. Autre bénéfice avancé par l’éditeur, un gain de temps pour les enseignants qui pourront consacrer moins d’heures en classe à l'apprentissage d'une lecture fluide : « La science de la lecture vous dira que plus un élève lit à haute voix, plus sa fluidité s'améliore. Si les enseignants peuvent récupérer du temps pour donner plus de devoirs de fluidité de lecture, c'est une bonne chose pour la lecture en général », soutient Mike Tholfsen.

Comme le témoigne Google for Education, Microsoft n’est pas le seul à s’intéresser à l’éducation.