Hier, Verizon a annoncé dans un communiqué sur son site qu’il se délestait de ses activités médias, incluant Yahoo, AOL, TechCrunch, Yahoo Finance, mais aussi Engadget. L’entreprise les cède pour 5 milliards de dollars à Apollo Global Management, société de capital d’investissement américain. C’est presque deux fois ce pour quoi elle les avait achetés il y a quatre ans.

Verizon dit au revoir à Yahoo et AOL

C’est ce qu’on appelle une mauvaise affaire. Il y a plusieurs années, Verizon avait multiplié les investissements pour tenter de devenir un des acteurs principaux de la publicité en ligne et concurrencer Facebook et Google. Pour cela, en 2015, la firme avait racheté AOL pour 4,4 milliards de dollars. Deux ans plus tard, ce sera Yahoo qui rejoindra Verizon pour la modique somme de 4,48 milliards de dollars. Ces deux achats ont permis à la branche médias et publicité de l’entreprise, appelée “Oath”, de voir le jour. Or, ce projet n’a pas réussi à avoir le succès escompté, et a amené Verizon à licencier 40 000 employés de cette division.

Sa tentative de repartir du bon pied avec “Verizon Media” en 2018 s’est également soldée par un échec. La multinationale américaine avait dû provisionner une perte de 4,9 milliards de dollars, dont 4,6 milliards seulement pour cette branche. Une somme astronomique, et un projet qui est aujourd’hui abandonné et cédé à Apollo Global Management. “Grâce à l’expertise sectorielle et la vision stratégique d’Apollo, Yahoo sera bien positionné pour profiter des opportunités de marchés”, affirme l’entreprise de télécommunications dans le communiqué.

Selon les termes de la transaction, Verizon gardera une participation de 10% dans la nouvelle entité, appelée tout simplement “Yahoo”. Guru Gowrappan, PDG de Verizon Media Group, restera à sa tête une fois que la transaction aura été réalisée, normalement au cours du deuxième trimestre.

Verizon veut se concentrer sur la 5G

Si le rêve de devenir un producteur de contenus s’envole pour Verizon, il reste dans la course à la 5G. L’opérateur souhaite désormais se concentrer sur le déploiement de son réseau et redouble d’efforts. Ces derniers mois, son alliance avec Microsoft et Nokia pour devenir un super-service de 5G privée et son contrat à 6 milliards de dollars avec Samsung lui ont permis de devenir un élément essentiel du déploiement de la 5G.

Verizon étend petit à petit la couverture de son réseau aux États-Unis, et continue sa lutte avec les opérateurs AT&T, T-Mobile ou encore Comcast. Au début de l’année, lors d’une vente aux enchères, ce combat avait atteint des records en dépassant les 76,5 milliards de dollars. Verizon, qui avait largement dépassé son budget de 70 milliards de dollars lors de l'événement, semble donc prêt à s’endetter pour tout miser sur la 5G, et compenser l’échec de sa branche médias.