Dans les résultats trimestriels dévoilés par Amazon hier, tous les voyants sont au vert, et notamment ceux d’Amazon Web Services. Si les profits du service étaient estimés à 3,88 milliards de dollars, le chiffre a bien été dépassé par l’entreprise. La division cloud a rapporté 4,16 milliards de dollars de bénéfices, marquant une augmentation de 35% en un an.

Amazon Web Services domine sur le marché du cloud

Ces derniers mois, l’utilisation des services cloud a considérablement augmenté. AWS a gagné en puissance, permettant aux ventes du service d’atteindre 13,5 milliards de dollars. Une augmentation de 32% par rapport à l’année dernière, qui permet à AWS de s’imposer de plus en plus sur le marché. “Nous sommes fermement convaincus que nous offrons de nombreux avantages aux clients AWS, de la fonctionnalité à un écosystème de partenaires dynamique et robuste”, a déclaré Brian Olsavsky, directeur financier d'Amazon, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

Les revenus générés par la branche cloud représentent désormais 12% des revenus totaux d’Amazon. Un chiffre qui augmente au fil des années, lui permettant de faire partie des 10 acteurs se partageant 77% du marché. “En seulement 15 ans, AWS est devenue une entreprise au taux de ventes annuel de 54 milliards de dollars, en concurrence avec les plus grandes entreprises technologiques du monde, et sa croissance s'accélère”, a déclaré Jeff Bezos, fondateur et PDG d'Amazon, dans un communiqué. Une domination qui se confirme de plus en plus, car le cabinet d’études Canalys a confirmé que AWS était le premier fournisseur de cloud au premier trimestre 2021.

Si Microsoft Azure reste un concurrent de taille sur le marché du cloud, Amazon compte bien gagner cette course. L’entreprise multiplie la construction de nouvelles infrastructures, comme récemment en Afrique du Sud, où son premier data center sur le continent vient d’ouvrir au Cap.