Mercredi 21 avril, le tribunal de l’Union européenne a tranché (pdf). Il a rejeté les accusations de la marque de luxe Chanel contre Huawei. Elle reprochait à l’entreprise chinoise d’avoir copié son logo fait de deux “C” qui s’entrecroisent. Ces faits avaient déjà été contestées auparavant.

Huawei et Chanel : des logos suffisamment différents

La querelle entre Huawei et Chanel ne date pas d’aujourd’hui. En 2017, le géant chinois avait déposé un logo fait de deux “c” à la verticale qui forment un ”h”. Un symbole qui a interpellé la marque française, qui a affirmé que le logo ressemblait trop à celui qu’elle utilise aussi bien pour ses parfums, son maquillage, que ses vêtements.

Par la suite, elle avait attaqué Huawei en justice une première fois. Cette demande avait été rejetée en 2019 par l’Office de l’Union Européenne pour la propriété intellectuelle, ne jugeant pas les symboles similaires. Un dénouement que Chanel n’a pas accepté, car la marque avait engagé un recours auprès du tribunal européen.

Mercredi, c’est aux mêmes conclusions que la marque française a dû faire face. Les juges européens ont indiqué que les logos partageaient “des similarités”, mais qu’ils étaient suffisamment différents pour que les clients ne les confondent pas. Ces symboles “doivent être comparés tels qu’ils ont été déposés et enregistrés, sans modification de leur orientation”, ont déclaré les juges. Celui de Huawei, qui est vertical, se différencie de celui de Chanel, qui “présente des courbes plus arrondies, des lignes plus épaisses et une orientation horizontale”.

Si Huawei a gagné ce procès, la décision peut encore faire l’objet d’un ultime recours devant la Cour européenne. La marque de luxe avait montré une telle détermination dans sa bataille contre Huawei que cette conclusion pourrait ne pas être le point final. Cela ajouterait une nouvelle affaire à l’entreprise chinoise, qui doit déjà faire face aux accusations d’espionnage.