Après seulement deux mois passés à la surface de Mars, Perseverance continue de réaliser des avancées scientifiques majeures. Alors que l’hélicoptère Ingenuity vient d’effectuer le tout premier vol motorisé sur une autre planète, un instrument placé sur le rover est parvenu à créer de l’oxygène. Un véritable exploit qui revêt une grande importance pour l’avenir des missions habitées.

L’astromobile de la NASA est équipée de plusieurs instruments de pointe, MOXIE (Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment) en fait partie. Pensé en tant qu’instrument expérimental, il a pour but de créer de l’oxygène à partir de l’atmosphère martienne, composée à 96% de dioxyde de carbone. Dans un communiqué, la NASA a annoncé qu’il y était parvenu ce mardi 20 avril. « MOXIE fonctionne en séparant les atomes d'oxygène des molécules de dioxyde de carbone, qui sont constituées d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène. Un déchet, le monoxyde de carbone, est émis dans l'atmosphère martienne », explique l’agence spatiale.

En utilisant cette technique, qui requiert une chaleur très élevée de 800 degrés celsius, l’appareil a réussi à produire 5 grammes d’oxygène, soit l’équivalent de 10 minutes d’air respirable pour un astronaute. MOXIE est capable de créer 10 grammes d’oxygène par heure. En plus d’être essentiel à la survie des humains, l’oxygène est également nécessaire pour alimenter les fusées. Dans l’optique d’un vol habité vers la planète rouge, être capable de convertir l’air martien de cette manière nous offre la possibilité de faire le plein de carburant pour le voyage retour sur Terre.

MOXIE est capable d'extraire de l'oxygène depuis le dioxyde de carbone. Photographie : NASA/JPL-Caltech

« Il s'agit d'une première étape essentielle pour convertir le dioxyde de carbone en oxygène sur Mars. MOXIE a encore du travail à faire, mais les résultats de cette démonstration technologique sont très prometteurs, alors que nous nous rapprochons de notre objectif de voir un jour des humains sur Mars. L'oxygène n'est pas seulement le produit que nous respirons. Le propergol des fusées dépend de l'oxygène, et les futurs explorateurs dépendront de la production de propergol sur Mars pour faire le voyage de retour », a déclaré Jim Reuter, administrateur associé du Space Technology Mission Directorate de la NASA, qui a sponsorisé la mission de MOXIE.

Le taux d’oxygène nécessaire pour faire décoller quatre astronautes de Mars est d’environ 25 tonnes d’oxygène, contre seulement 1 tonne pour la survie des quatre astronautes en l’espace d’un an. Il est donc primordial d’être en mesure d’obtenir de l’oxygène sur place. Grâce à MOXIE, les scientifiques savent qu’ils sont désormais capables d’une telle prouesse. Au cours de la prochaine année martienne, MOXIE va convertir le dioxyde de carbone en oxygène encore neuf fois, de quoi effectuer de nouvelles expérimentations en variant la température pour voir ce qui est le plus efficace, explique la NASA.

MOXIE est ainsi devenue la « première technologie de ce type qui aidera les futures missions à "vivre à partir du terrain", en utilisant des éléments de l'environnement d'un autre monde », affirme l’agence spatiale ; de quoi nous laisser envisager un bel avenir pour la conquête spatiale.