Dans une lettre annuelle adressée aux actionnaires de l’entreprise, Jeff Bezos a annoncé qu’Amazon Prime avait désormais plus de 200 millions d’abonnées dans le monde. Le service n’en comptait “que” 150 millions fin 2019. Une croissance importante aidée par les divers confinements.

Le triomphe d’Amazon

Si 2020 a été l’année la plus rentable pour le géant américain, Amazon Prime y a bien contribué. Ce sont 50 millions d’abonnés à travers le monde qui ont rejoint Amazon Prime pendant la pandémie, représentant une croissance totale de 33%. Les utilisateurs se sont laissés tenter par le service, qui offre non seulement un accès à Prime Video, une livraison plus rapide, mais également une plateforme de streaming musical.

Ces chiffres ne sont pas les seuls à augmenter pour Amazon. À la moitié de l’année 2020, en pleine pandémie, l'entreprise américaine avait déjà doublé ses bénéfices. Le nombre d’employés a également augmenté. En effet, si l’entreprise avait prévu de recruter 3500 nouveaux collaborateurs aux États-Unis, c’est, au total, 500 000 personnes qui ont rejoint les équipes d’Amazon l’année dernière. Par ailleurs, le géant du e-commerce pourrait ouvrir une dizaine de nouveaux sites cette année, permettant d’embaucher 3000 personnes en CDI.

Si la société est sur un petit nuage financièrement, elle n’échappe pas aux récents scandales concernant les conditions de travail dans ses entrepôts. Ils ont quelque peu terni la réputation de la firme, l’amenant parfois jusqu’au procès. Jeff Bezos a toutefois évoqué l’échec de la mise en place du premier syndicat américain d’Amazon à Bessemer, en Alabama. Dans sa lettre, il a admis que des efforts étaient à faire du côté de l’entreprise pour améliorer les conditions de travail de ses salariés.