Jeff Bezos a rédigé sa dernière lettre à destination des actionnaires d’Amazon avant d’être remplacé par Andy Jassy à la tête de l’entreprise. Dans sa déclaration, il a notamment évoqué les problèmes récents rencontrés par Amazon sur sa manière de traiter ses employés, et a admis que la firme devait en faire plus pour ces derniers.

En effet, l’image d’Amazon a été fortement ternie par ces récents événements. Plusieurs employés de l’entreprise ont ainsi déclaré ne pas avoir le temps de se rendre aux toilettes à cause du système automatisé mis en place pour gérer leur temps de travail. En conséquence, certains salariés sont contraints d’uriner dans des bouteilles, chose qu’Amazon a démenti avant de faire marche arrière. La firme est également sous le coup d’un procès pour avoir privé ses employés de pause.

Dans la même catégorie

Malgré ces scandales, le PDG minimise la difficulté de leurs conditions de travail : « Dans ces rapports, nos employés sont parfois accusés d'être des âmes désespérées et traités comme des robots. Ce n'est pas vrai », écrit-il. « Les employés peuvent prendre des pauses informelles tout au long de leur journée de travail pour s'étirer, s'hydrater, aller aux toilettes ou parler à un responsable, sans que cela ait une incidence sur leurs performances. Nous ne fixons pas d'objectifs de performance déraisonnables. Nous fixons des objectifs de performance réalisables qui tiennent compte des données relatives à l'ancienneté et à la performance réelle des employés », continue-t-il.

Certains employés d'Amazon se plaignent de conditions de travail difficiles soumises à une gestion automatisée. Image : Amazon

Jeff Bezos a toutefois évoqué l’échec de la mise en place du premier syndicat américain d’Amazon à Bessemer, dans l’État de l’Alabama, et admis que l’entreprise pouvait faire des efforts pour ses salariés : « Votre président est-il réconforté par le résultat du récent vote syndical à Bessemer ? Non, il ne l'est pas. Je pense que nous devons faire un meilleur travail pour nos employés. Bien que les résultats du vote aient été déséquilibrés et que notre relation directe avec les employés soit forte, il est clair pour moi que nous avons besoin d'une meilleure vision sur la façon dont nous créons de la valeur pour les employés - une vision pour leur réussite ».

Bezos propose ainsi de développer de nouveaux horaires de travail « utilisant des algorithmes sophistiqués pour faire tourner les employés entre les tâches qui utilisent différents groupes de muscles-tendons afin de diminuer les mouvements répétitifs et aider à protéger les employés des risques de troubles musculosquelettiques », une technologie qui sera déployée tout au long de l'année 2021, a-t-il précisé.

Pour Stuart Appelbaum, président d’un important syndicat américain, les déclarations de Bezos sont un aveu à demi-mot des erreurs commises par Amazon : « L'aveu de Bezos aujourd'hui démontre que ce que nous avons dit sur les conditions de travail est correct. Mais son aveu ne changera rien, les travailleurs ont besoin d'un syndicat - et non d'un nouvel effort de relations publiques d'Amazon pour limiter les dégâts ».

Reste maintenant à voir si la solution de Bezos, basée une fois de plus sur des algorithmes, permettra de réellement soulager les employés de la plus grande entreprise de commerce en ligne du monde.