Lundi 12 avril 2021, un nouveau rebondissement fait son entrée dans l’affaire de reprise de Blade, l’entreprise à l’origine du service de cloud computing Shadow. Après une offre déposée au début du mois de mars par Octave Klaba, fondateur d’OVHCloud, c’est au tour de l’entrepreneur français Xavier Niel de faire une proposition de rachat avec le groupe Illiad et en association avec des salariés de Blade.

Qui va relancer l’entreprise Blade et son service Shadow ?

En 2020, Blade est victime de son succès avec son offre de cloud computing Shadow. L’entreprise a en effet constaté une demande de plus en plus forte et la pandémie de Covid-19 n’a pas permis de tenir la cadence, que ce soit au niveau des composants, de la chaîne de transport ou encore des approvisionnements. Shadow manquait également de fonds et de marges financières afin de pouvoir réinvestir son argent et répondre à la demande.

De ce fait, l'entreprise a entamé une procédure de redressement judiciaire et recherche depuis un repreneur. Deux jours plus tard, Octave Klaba déposait une offre de reprise par le biais de son fonds d’investissement Jezby Ventures. L’entrepreneur expliquait ainsi vouloir réutiliser le savoir-faire de la société afin de développer une alternative européenne aux solutions Office 365 de Microsoft ou encore G Suite de Google.

Le groupe Illiad dépose une proposition de rachat pour Shadow.

Le groupe Illiad vient de déposer une proposition de rachat pour la société Blade. Image : Shadow

L’histoire connaît aujourd’hui un rebondissement important avec l’association de six salariés de Blade avec Xavier Niel. Ainsi, le dirigeant de Free souhaiterait investir dans la société à hauteur de 80 % par le biais de sa société mère Iliad et laisserait les 20 % de l’actionnariat restant aux salariés. Yannis Weinbach, directeur général adjoint de Shadow, explique ainsi que sa rencontre avec l’entrepreneur français a « tout changé ».

« Il a pilonné le business plan et ses remarques étaient claires et précises : améliorer la rentabilité en envisageant les hypothèses les plus dures, pour remettre la machine en marche. Ensuite il faut lancer de nouvelles lignes de revenus pour développer l’activité », explique-t-il. Même si l’investissement et l’expertise de Xavier Niel sont un atout, l’avantage d’un tel rachat va plus loin que cela. Yann Weinbach souligne ainsi que « les synergies et les perspectives de développements en commun avec le groupe Iliad sont évidentes ».