L’association de Maximilian Schrems a choisi la France pour déposer une plainte contre Google. Selon Noyb, Android ne respecte pas le cadre légal en vigueur en Europe avec son système tracking publicitaire. Le 6 avril 2021, l'association a décidé de s'attaquer à l'identifiant unique imposé par Android, qui permet aux publicitaires d'envoyer des publicités ciblées aux mobinautes.

Noyb remet en question l'AAID d'Android

C'est le combat mené par Apple avec le déploiement très prochain de l'App Tracking Transparency. La nouvelle mise à jour iOS 14.5 doit permettre aux utilisateurs de choisir s'ils veulent donner ce fameux identifiant ou non. Gros changement : la marque à la pomme va bientôt obliger les applications à demander l’optin IDFA (Identifier for Advertisers) aux mobinautes pour qu’elles puissent l’exploiter. Un véritable changement de paradigme qui risque de bouleverser les codes de la publicité digitale. Si Android pensait pouvoir continuer comme avant, cela semble compromis.

Dans la même catégorie

En effet, Noyb a déposé une plainte à l'encontre de Google à propos de ses pratiques de pistage publicitaire. Noyb (pour none of your business) est une association de défense des droits des consommateurs. La CNIL devra enquêter et trancher. Pour mieux comprendre : à chaque appareil Android, un "Android Advertising Identifier" (AAID) est rattaché. L'équivalent de l'IDFA chez Apple. Un identifiant qui permet aux publicitaires de suivre le comportement des mobinautes et d'établir des critères afin de leur diffuser la bonne publicité au bon moment.

Avec l'ATT, Apple va-t-il révolutionner le tracking publicitaire ?

Dans sa plainte, l'ONG conteste notamment le fait qu'un utilisateur ne peut pas s'opposer à l'attribution de cet AAID. On peut lire dans la plainte déposée par Noyb que : "un tel tracking est strictement réglementé par la loi sur les cookies de l'Union européenne (article 5, paragraphe 3, du règlement sur la confidentialité en ligne) et nécessite le consentement éclairé et sans ambiguïté des utilisateurs". Les mobinautes ne peuvent même pas supprimer cet identifiant. Dans l'état actuel des choses, les données collectées ne seront jamais supprimées.

L'ONG précise que d'autres plaintes pourraient suivre... Au sein de l'Union européenne, 306 millions de smartphones utilisant Android sont actifs. Le verdict de la CNIL devrait être sans appel, d'autant plus que l'Autorité de la concurrence française a récemment validé l'App Tracking Transparency d'Apple. Même si cela n'est pas du tout du goût de Facebook, cette fonctionnalité va permettre aux mobinautes de gagner en sécurité.

Un porte-parole d'Apple estime que : "l’ATT apportera un avantage puissant en matière de protection de la vie privée des utilisateurs en obligeant les développeurs à demander la permission des utilisateurs avant de partager leurs données avec d’autres entreprises à des fins publicitaires, ou avec des courtiers en données". Difficile d'imaginer comment Google pourrait ne pas se conformer à ce nouveau paradigme.