Au quotidien, il est commun d'être influencé par des choses que l'on voit ou que l'on lit. Cela est encore plus vraie pour les actualités. Par exemple sur Twitter, en fonction des personnes que l'on suit, certaines choses vont remonter dans le fil d'actualité, mais pas forcément ce que pense l'opposition par exemple. Ainsi, une seule version des faits est proposées, ce qui amène le lecteur à s'enfermer dans sa bulle, sans se demander ce qui est dit ailleurs. Il y a donc encore et toujours des biais.

Derrière le projet de Blindspotter, on retrouve l'équipe de Ground News, une plateforme de comparaison d'informations créée pour améliorer l'écosystème médiatique. Pour faire simple, Blindspotter analyse les tweets, likes, retweets et plus largement les interactions d'un compte Twitter pour déterminer le régime d'information du titulaire du compte et le parti pris idéologique qui en découle : gauche, droite, centre. Cet outil a pour objectif de déterminer les possibles angles morts et surtout consommer un régime d'informations composé d'une variété de sources.

Blindspotter : des centaines de milliers de personnes l'ont testé

musk analyse blindspotter

Une fois sur l'outil, il suffit d'entrer son propre username Twitter ou bien celui d'une autre personne et de laisser l'outil fonctionner ! En quelques secondes, il est possible de voir avec quel genre de contenus une personne interagit : droite, gauche, centre. Autre donnée proposée : les trois sources d'informations principales ainsi que les trois influenceurs favoris. Pour les influenceurs, Blindspotter donnera également le genre de contenu avec lesquels ils interagissent.

Découvrir des informations sans rester dans sa bulle

L'outil ne peut accéder qu'aux données d'interaction disponibles publiquement et ne peut pas lire les données des comptes privés. Ces interactions comprennent les tweets, les retweets, les réponses et les likes.

Une petite analyse est aussi fournie, expliquant qu'il peut manquer des informations "à droite" ou "à gauche". Blindspotter précise"consommer principalement des informations avec le même parti pris sous-jacent peut créer un point aveugle de l'information, qui peut involontairement biaiser la vision du monde d'une personne et entraver sa capacité à voir les choses sous un autre angle."

Les résultats peuvent alors être partagés sur Twitter, à des proches, mais aussi sans les informations liées à l'influenceur.