Didi Chuxing, l’équivalent chinois d’Uber, cherche à lever jusqu’à 500 millions de dollars américains à une évaluation d'environ 6 milliards de dollars pour sa division dédiée à la conduite autonome, devenue indépendante en 2019 et baptisée Didi Autonomous Driving. La firme se prépare pour son introduction en bourse qui devrait avoir lieu au courant de l’année, rapporte le South China Morning Post.

Cette division lui a déjà permis de lever 300 millions de dollars lors d’un tour de table le mois dernier. Lors de son IPO, initialement prévue à la fin de l’année 2021 mais qui devrait finalement se produire lors du prochain trimestre, Didi Chuxing vise une valorisation supérieure aux 62 milliards de dollars obtenus lors de sa dernière levée de fonds.

Le service de VTC est un véritable mastodonte en Empire du Milieu et il représente l’un des plus importants investissements du géant SoftBank. Didi a déjà commencé à se frayer un chemin sur la scène internationale : bientôt disponible en France, elle a également intégré le marché africain il y a peu ; grâce à un rétablissement spectaculaire suite à la crise de la Covid-19, les trajets quotidiens et les revenus liés à son activité principale ont atteint des niveaux record.

Surtout, Didi Chuxing mise beaucoup sur sa division de conduite autonome, secteur en plein essor, pour laquelle elle possède de grandes ambitions. Son objectif est d’opérer 1 million de taxis autonomes d’ici 2030, et l’entreprise a dévoilé un taxi autonome fin 2020. Dans ce secteur, la concurrence est très rude en Chine, avec des géants technologiques qui investissent massivement dans le secteur automobile. Xiaomi vient en effet d’annoncer son entrée dans le domaine des véhicules électriques tandis que Tencent, Baidu, Alibaba ou encore Huawei s’y intéressent de très près.

Didi dispose également d’une branche dédiée aux services de logistique baptisée Didi Freight qui, elle aussi, envisage de rechercher de nouveaux fonds quelques semaines seulement après avoir levé 1,5 milliard de dollars à une évaluation de 3 milliards de dollars

Selon le South China Morning Post, « les plans [de la firme] pour la dernière levée de fonds pourraient encore changer car les considérations en sont encore à un stade précoce ».