Avec plus d’1,3 milliard d’habitants, la Chine est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale. Un titre que le pays doit notamment à ses puissants groupes technologiques (Ant Group, Alibaba, Tencent), mais aussi à de plus petites entreprises qui ont su révolutionner et conquérir le paysage numérique chinois. Méconnues en occident, ces dernières font pourtant fureur dans l’Empire du Milieu. Aujourd’hui, nous vous en présentons cinq d’entre elles.

Bilibili, le YouTube chinois

Créé en 2010, Bilibili est un hébergeur vidéo qui pourrait être comparé à YouTube. Initialement pensée pour rallier les aficionados d’animes, de mangas, et de jeux vidéo, la plateforme a rapidement évolué pour élargir ses thématiques. Aujourd’hui, les utilisateurs de Bilibili peuvent visionner des contenus traitant d'émissions télévisées, de culture, de lifestyle ou même de technologie.

Outre son positionnement thématique, Bilibili doit surtout sa popularité à ses puissants outils interactifs. Lorsqu’un utilisateur visionne une vidéo, il peut par exemple voir défiler en direct les réactions du public en surimpression. De la même façon, les diffusions en direct sont particulièrement mises en avant par la plateforme, et permettent aux usagers d’offrir des cadeaux virtuels à leurs créateurs de contenus préférés.

La formule est payante puisque Bilibili cumule désormais plus de 200 millions d’utilisateurs mensuels, soit environ un Chinois sur sept. À titre de comparaison, YouTube compte 46 millions d’usagers mensuels en France.

Sans surprise, une telle force de frappe a intéressé de nombreux géants technologiques. Avec le soutien d’Alibaba, de Tencent et de Sony, Bilibili a pu entrer au Nasdaq, le deuxième plus important marché d’actions des États-Unis, en 2018. Plus récemment, l’entreprise a fait son introduction à la bourse de Hong Kong. Une opération qui lui a permis de lever 2,2 milliards d’euros.

Image de présentation de Bilibili.

Bilibili rassemble plus de 200 millions d’utilisateurs chaque mois sur sa plateforme. Image : Bilibili

Kuaishou, la plus grande rivale de TikTok en Chine

Si TikTok fait fureur en occident sans avoir à s’inquiéter d’une quelconque forme de concurrence directe, on ne peut pas en dire autant en Chine. Là-bas, le réseau social appartenant à ByteDance doit faire face à un rival de taille : Kuaishou.

À son lancement en 2011, l’application n’était pourtant pas destinée aux vidéos, mais à la création et au partage d’images animées. C’est seulement en 2013 qu’elle a pris un tournant stratégique majeur. Sa volonté ? Créer un produit destiné aux internautes ordinaires de Chine, en leur donnant la sensation que “la vie de chacun vaut la peine d’être racontée”.

Pour cela, Kuaishou a parié sur un fonctionnement simple et accessible à tous les Chinois, quels que ce soit leur âge ou leur niveau d’éducation. L'algorithme privilégie également l’égalité et l’inclusion, afin que chaque utilisateur sente avoir sa place au sein de l’application.

Valorisée à 180 milliards de dollars depuis sa récente introduction à la bourse de Hong Kong, Kuaishou compte pas moins de 480 millions d’utilisateurs actifs mensuels, avec un temps de connexion moyen de 100 minutes par jour.

Image de présentation de Kuaishou.

S’adressant aux “personnes ordinaires”, Kuaishou est particulièrement populaire dans les milieux ruraux. Image : Kuaishou

Pinduoduo, l’outsider du eCommerce qui met à mal Alibaba et JD.com

C’est en 2015 que Colin Huang, un ancien ingénieur de Google, lance Pinduoduo avec la ferme intention de concurrencer les géants du eCommerce chinois déjà bien installés. Une ambition titanesque qui, contre toute attente, a porté ses fruits.

En seulement six ans d’existence, la firme a su se faire une place de choix dans ce secteur ultra concurrentiel, dans lequel elle possède désormais 5,7% de parts de marché. En raison de ce succès : une offre originale couplée à des tarifs compétitifs.

En effet, sur Pinduoduo, les clients peuvent se rassembler au travers de l’application de messagerie WeChat (Tencent) afin d’effectuer des achats groupés. Ils obtiennent ainsi d’importants rabais (jusqu’à -20%), sur des produits déjà proposés à prix réduits, puisqu’ils proviennent directement des fabricants, et ne présentent aucun surcoût intermédiaire.

En 2019, ce positionnement a su trouver grâce aux yeux d’Amazon qui, pour réussir à pénétrer le marché chinois, n’a pas hésité à ouvrir un pop-up virtuel au sein de la plateforme.

Plus récemment, Pinduoduo a réussi l’exploit de passer devant Alibaba et JD.com en nombre d’utilisateurs actifs annuels. Au total, ce sont 788,4 millions d’usagers qui se sont connectés à la plateforme en 2020, et plus de 4,1 milliards de dollars de revenus qui ont été générés au cours du quatrième trimestre de l’année.

Le logo de Pinduoduo.

En misant sur des prix extrêmement compétitifs, Pinduoduo a su créer une offre puissante, capable de faire trembler les plus grands acteurs chinois du commerce en ligne. Image : Pinduoduo

Yuanfudao, la EdTech qui vise les 20 milliards de dollars de valorisation

Fondée en 2012, Yuanfudao est une application de soutien scolaire qui propose une vaste gamme de produits d'apprentissage en ligne. Parmi eux, des cours en direct, une banque de questions extrêmement fournie, ou encore un outil pour résoudre et vérifier les solutions de problèmes arithmétiques.

Revendiquant plus de 400 millions d’utilisateurs en Chine, Yuanfudao a levé 2,2 milliards de dollars en octobre 2020, notamment auprès de Tencent, ce qui a porté sa valorisation à 15,5 milliards de dollars. À peine six mois plus tard, la EdTech a entamé un nouveau tour de table pour lever 1 milliard de dollars supplémentaires. Une fois aboutie, cette dernière levée de fonds devrait porter la valeur de l’entreprise à 20 milliards de dollars.

Image de présentation de Yuanfudao.

Profitant des opportunités créées par la crise sanitaire, Yuanfudao a connu une croissance spectaculaire en 2020. Image : Yuanfudao

Zuoyebang, la plateforme d’e-learning portée par l’intelligence artificielle

Comme Yuanfudao, Zuoyebang est une entreprise qui se spécialise dans l’e-learning. En s’appuyant sur le machine learning, la plateforme prodigue des cours en ligne, des leçons en direct et de l’aide aux devoirs, à des élèves allant de la maternelle à la Terminale.

Fondée en 2015, la firme revendique actuellement plus de 170 millions d’utilisateurs, et a opéré une levée de fonds s’élevant à 1,6 milliards de dollars au mois de décembre 2020. Parmi les investisseurs, on retrouvait Tiger Global Management, SoftBank Vision Fund, Sequoia Capital China, FountainVest Partners ou encore Alibaba. Si la valorisation de la firme n’a pas été révélée depuis cette opération, on sait néanmoins qu’elle était déjà estimée à 10 milliards de dollars au mois de septembre de la même année.

Il faut dire que 2020 aura été une année particulièrement lucrative pour l’entreprise. En raison de la crise sanitaire et des différents confinements, les élèves chinois ont dû poursuivre leur apprentissage scolaire depuis leur domicile. Zuoyebang, tout comme Yuanfudao d’ailleurs, sont alors apparues comme des outils indispensables pour y parvenir. Une tendance qui, d’après Hou Jianbin, fondateur de Zuoyebang, devrait se poursuivre avec la même intensité dans les années à venir.

Le siège social de Zuoyebang.

Zuoyebang a spécialement conçu son offre pour s’adapter aux cursus scolaires des élèves chinois. Image : Zuoyebang

En conclusion

Ces différentes entreprises témoignent de la puissance du marché numérique en Chine. C’est d’ailleurs de cette force dont se méfient les États-Unis, qui font tout leur possible pour empêcher le rayonnement commercial des Big Tech chinoises sur la scène internationale. Les sorts réservés à Huawei et TikTok en sont d’ailleurs des exemples acerbes pour l’Empire du Milieu.

Ce n’est toutefois pas le seul handicap qui se profile à l’horizon pour ces sociétés. Le gouvernement chinois lui-même a commencé à opérer une politique répressive à l’encontre de ses géants technologiques, afin d’en reprendre le contrôle. Ant Group ou encore Tencent, en ont déjà payé les frais.

Autant de difficultés qui ne semblent pourtant pas freiner la vitesse de croissance du marché numérique chinois, bien au contraire. En plus d’être portées par l’évolution rapide des besoins des usagers, les entreprises originaires de l’Empire du Milieu peuvent également compter sur une base potentielle de 1,3 milliards d’usagers. Elles se développent ainsi à vitesse grand V, sans que rien ne semble réussir à enrayer leurs ambitions.

ByteDance en est d’ailleurs un exemple concret. Grâce au succès de TikTok, le groupe chinois a pu multiplier les investissements en 2020. Éducation, santé, divertissement, jeux vidéo… Aucun marché ne semble pouvoir lui échapper.

Il en va de même pour Baidu qui s’est d’abord fait connaître pour son moteur de recherche. Après plusieurs années difficiles, l’entreprise semble avoir retrouvé son énergie, et prépare actuellement sa seconde entrée à la bourse de Hong Kong. Elle prévoit également de lancer son premier véhicule électrique dans trois ans, se mettant ainsi en concurrence directe avec l’américain Tesla.