Juste après avoir annoncé sa démission, Shou Zi Chew change de camp. Celui qui occupait jusqu'à présent chez Xiaomi le poste de responsable des opérations internationales passe chez un autre géant chinois : ByteDance, maison mère du célèbre TikTok. Il y occupera le poste de CFO (directeur financier) tout en étant basé à Singapour, son pays d'origine. D'après Xiaomi, la décision de Shou Zi Chew serait liée à des raisons familiales et aurait été prise après que l'entreprise ait annoncé ses résultats financiers pour le quatrième trimestre 2020. Selon toute vraisemblance, son départ de Xiaomi se fait paisiblement.

Un transfuge visiblement paisible vers ByteDance

« Après avoir été loin de chez moi pendant 18 ans, je vais être basé dans mon pays d'origine, Singapour », s'est notamment félicité Shou Zi Chew dans un billet partagé sur Weibo. « Je suis pleinement confiant quant à l'avenir de Xiaomi et je n'en ai jamais douté : cette entreprise deviendra l'une des plus grandes », a-t-il ajouté. Lei Jun, fondateur et CEO de Xiaomi (au premier plan sur la photo d'illustration), a pour sa part évoqué le départ d'un « frère » qui s'est « battu à ses côtés pendant six ans », lui souhaitant plus loin un « enthousiasme illimité » pour ses projets futurs.

Comme l'explique le South China Morning Post, l'entrée de Shou Zi Chew dans les rangs de ByteDance se fait alors que la firme étend ses activités à Singapour, où se trouve son QG régional. C'est d'ailleurs ici que Zhu Wenjia (ancien responsable de l'agrégateur d'actus Toutiao, propriété de ByteDance) doit être relocalisé en tant que directeur de la recherche et développement de TikTok.

Figure majeure de l'organigramme de Xiaomi, Shou Zi Chew avait rejoint le géant chinois du smartphone en cours d'année 2015. Il disposait alors déjà d'un parcours professionnel solide, après s'être illustré au sein de la banque d'affaires Goldman Sachs et avoir travaillé pour DST Global, où il s'était fortement impliqué dans les investissements conduits auprès de certains grands noms de la Tech chinoise (dont Xiaomi, JD.com, Alibaba Group Holding ou encore Didi Chuxing).

D'après le SCMP, l'homme d'affaires détenait quelque 50 millions d'actions Xiaomi au premier trimestre 2021, pour une valeur estimée à presque 142 millions d'euros. De quoi garder un certain lien avec son ancien employeur.