C'est un accord historique. Trois grands constructeurs automobiles japonais, Toyota, Isuzu et Hino, ont décidé de s'associer et d'unir leurs forces pour développer des camions nouvelle génération. Ils prévoient de s'attaquer à différentes technologies : l'électrique, l'hydrogène, la conduite autonome et connectée.

Toyota, Isuzu et Hino représentent 80% du marché japonais des camions

Dans un accord signé le 24 mars 2021, les trois constructeurs ont déclaré qu'ils travailleraient ensemble pour développer de nouveaux camions de transport, plus performants et plus respectueux de l'environnement. Dans le cadre de cet accord, Toyota, premier constructeur automobile japonais, prendra une participation de 4,6% chez Isuzu. De son côté, le constructeur de camions Isuzu prendra une participation équivalente chez Toyota. Hino Motors est la division qui travaille sur les camions chez Toyota. La société était jusqu'ici le rival principal d'Isuzu.

Toyota fait donc l'acquisition de 4,6% chez Isuzu pour la somme de 340 millions d'euros. Ensemble, les trois sociétés contrôlent 80% du marché japonais des camions. Elles vont pouvoir régner en maître absolu. Cette collaboration a un objectif bien précis : réduire les dépenses et mutualiser les coûts pour être plus compétitifs sur le marché mondial. Le trois sociétés vont construire des infrastructures communes pour le développement de l'hydrogène.

Toyota, Isuzu et Hino prévoient de développer des véhicules électriques, mais aussi des véhicules autonomes. En développant une plateforme de conduite autonome commune, ils réduisent encore une fois les coûts de leurs camions. Ils espèrent de cette façon renforcer la sécurité routière. Pour Masanori Katayama, président d'Isuzu : "les entreprises doivent se saisir des innovations pour espérer construire une société meilleure".

Les constructeurs automobiles veulent mutualiser les coûts

Cette nouvelle alliance voit également la création d'une société dédiée : Commercial Japan Partnership Technologies. Dans des bureaux basés à Tokyo, les salariés de cette nouvelle entreprise auront la charge de planifier la bonne coordination entre les trois constructeurs et de planifier l'élaboration des nouvelles technologies et des nouveaux services. Cette société sera détenue à 80% par Toyota et à 10% par Isuzu et Hino. Pour Yoshio Shimo, président de Hino : "ce nouveau cadre est un pas certain vers la résolution des défis de notre société".

Dans la province de Fukushima, frappée par un tsunami en 2011, un projet consiste à développer des camions à hydrogène pour accélérer la reconstruction de la région. Le président de Toyoda a déclaré se rendre chaque mois de mars dans le Nord-Est du Japon pour commémorer la catastrophe. Il a déclaré que : "grâce aux nouvelles technologies, nous voulons faciliter le travail des japonais qui travaillent dans cette région et accélérer la reconstruction de cette province". Cette annonce a provoqué une légère baisse des actions de Toyota (2,2%) tandis que celles d'Isuzu ont bondi de 5,4%.