En janvier 2021, Xiaomi a été placée sur la liste noire du gouvernement des États-Unis. Dès lors, le fabricant chinois ne pouvait plus recevoir d’investissements américains. Du moins durant un certain temps, car le 12 mars 2021, Xiaomi a obtenu une injonction contre ce bannissement. Pourtant, malgré ce contexte de guerre commerciale, au quatrième trimestre 2020, les revenus de Xiaomi provenant des marchés étrangers ont augmenté de 27,6 % pour atteindre 33,8 milliards de yuans (quelque 5 milliards de dollars), soit 47,9 % de ses revenus totaux.

D'après le South China Morning Post, sur ce même trimestre, le bénéfice de Xiaomi a augmenté de 261% pour atteindre 8,8 milliards de yuans (de l’ordre de 1,3 milliard de dollars). L’entreprise a ainsi dépassé sa prévision de croissance fixée à 2,5 milliards de yuans. En 2019, le fabricant chinois avait réalisé un bénéfice de 2,4 milliards de yuans (près de 370 millions de dollars). Sur l’ensemble de l’année 2020, le bénéfice de Xiaomi a également dépassé les estimations avec une croissance de 101 % pour 20,3 milliards de yuans (environ 3,1 milliards de dollars) de bénéfices. Ces résultats marquent l’année la plus rentable depuis 2018, année sur laquelle Xiaomi avait réalisé un bénéfice de 13,6 milliards de yuans (quelque 2 milliards de dollars).

« Ce qui est arrivé à Huawei est un avertissement pour Xiaomi »

Du côté du chiffre d’affaires, sur le troisième trimestre 2020, Xiaomi a enregistré une croissance de 24,8 % pour atteindre 70,5 milliards de yuans (près de 10,8 milliards de dollars). En 2019, les revenus du fabricant de smartphones s’élevaient à 56,5 milliards de yuans (de l’ordre de 8,7 milliards de dollars). Néanmoins, contrairement au bénéfice, le chiffre d’affaires n’a pas atteint les estimations établies à 74,6 milliards de yuans. Sur l’ensemble de l’année 2020, le chiffre d’affaires a augmenté de 19,4 % pour atteindre 245,9 milliards de yuans (environ 37,7 milliards de dollars).

Malgré cette croissance, le 24 mars 2021, l’action de Xiaomi a chuté de 3,7 % à la bourse de Hong Kong pour atteindre 25,10 dollars hongkongais (de l’ordre de 3,23 dollars). Toutefois, le 5 janvier 2021, l’action avait atteint son niveau record avec une valorisation de 35,30 dollars de Hong Kong. Ces variations n’empêchent pas le constructeur de se classer à la troisième position des vendeurs de smartphones derrière Apple et Samsung. Selon une étude d’IDC, au quatrième trimestre 2020, Xiamoi en détenait 11,2 % des parts de marché avec 43,3 millions de téléphones vendus. Sur les wearables, avec sa gamme de montres Mi Band, Xiamoi se place en deuxième position des derrière Apple avec 13,5 millions d’unités vendues et 8,8 % des parts de marchés.

Ces résultats découlent d’une stratégie cherchant à concurrencer Huawei aussi bien sur le marché intérieur que sur les marchés internationaux, tout en faisant face aux restrictions américaines. « Ce qui est arrivé à Huawei est un avertissement pour Xiaomi », considère l’analyste de CCS Insight Fiona Vanier qui estime que « bien que Xiaomi n'ait pas été sanctionné avec les mêmes restrictions que Huawei, comme tous les fabricants chinois, elle fait face à une surveillance intense qui fait peser une incertitude sur ses perspectives ».