« Les artistes réclament plus de clarté, d'explications, de transparence sur la rémunération liée au streaming musical et la contribution de Spotify », explique à l’AFP Antoine Monin, le directeur de la musique pour Spotify France et Benelux. En effet, depuis octobre 2020, l’Union of Musicians and Allied Workers (UMAW), un syndicat américain de musiciens a lancé la campagne « Justice at Spotify » regroupant 28 000 artistes. Le 15 mars 2021, l’UMAW a organisé une journée mondiale d’action pour plus de justice à Spotify. Des manifestants se sont retrouvés devant les bureaux de Spotify dans une trentaine de villes à travers les États-Unis, l’Europe, l’Asie et l’Australie.

« L'entreprise a triplé de valeur durant la pandémie, mais n'a pas versé un centime de plus aux artistes. Des musiciens du monde entier sont actuellement au chômage, pendant que les géants de la tech qui dominent le secteur empochent des milliards. La production musicale est un travail, et nous demandons à être payés équitablement pour ce travail », détaille à Pitchfork Mary Regalado, membre de l'UMAW.

Quelques jours après cette vague de manifestations, le 18 mars, le leader mondial du streaming musical a lancé le site internet « Loud&Clear », soit « Haut et fort » en français. Sur cette page, la plateforme détaille comment elle rémunère les artistes. Ce ne sont d’ailleurs pas les artistes qui sont rémunérés, mais les ayants droits, comme les labels, distributeurs, agrégateurs ou les organismes de gestion collective.

En misant sur une plus grande transparence de son modèle économique, Spotify apporte une réponse théorique aux artistes. Néanmoins, la première demande de l’UMAW est beaucoup plus pratique. L’UMAW souhaite un paiement d’au moins un centime par écoute. Par ailleurs, le leader du streaming musical rémunère les artistes sous une forme de prorata où les artistes les plus populaires sont mieux rémunérés. L’UMAW demande à ce que cette rétribution soit centrée sur l’utilisateur et donc sur la base du nombre d’écoutes, ce que propose aujourd’hui SoundCloud. Néanmoins, le Centre national de la Musique estime que les répercussions pour les artistes d’une rémunération basée sur la durée des écoutes demeurent minimes.

Sur l’année 2020, le streaming musical s’est bien porté. Spotify a déclaré avoir versé 5 milliards de dollars aux détenteurs des droits contre 3,3 milliards de dollars en 2017. Sur la plateforme, 7 000 artistes canalisent 90% des streams et 1,2 millions d’artistes rassemblent plus de 1 000 auditeurs. Spotify compte 345 millions d’utilisateurs dans le monde.