En grandes difficultés à cause des sanctions américaines pesant à son encontre et l’ayant entraîné à vendre sa division Honor, Huawei a peut-être trouver une nouvelle manière de faire rentrer de l’argent dans ses poches. Le géant chinois envisage en effet d’exiger des redevances de la part des entreprises qui utilisent sa technologie 5G.

Comme l’explique CNBC, lorsqu’une nouvelle technologie cellulaire est développée, des protocoles techniques permettant l'interopérabilité doivent être définis. Pour ce qui est de la 5G, Huawei, Ericsson, Nokia, Qualcomm et d’autres entreprises ont contribué à élaborer ces standards globaux grâce à des brevets dits essentiels. Le constructeur chinois se démarque toutefois de ses concurrents car il détient 3 007 familles de brevets essentiels, bien plus que toute autre firme.

Si cela n’était pas, a priori, au programme, Huawei prévoit désormais de demander des redevances aux constructeurs exploitant ses brevets pour leur technologie 5G, à l’instar d’Apple ou de Samsung. La société chinoise a ainsi l'intention de facturer jusqu'à 2,50 dollars par téléphone qui utilise ses brevets essentiels. Ce chiffre reste plus bas que ceux imposés par ses rivaux : tandis qu’Ericsson vise un montant allant de 2,50 à 5 dollars par smartphone, Nokia veut le plafonner à 3 euros (3,58 dollars).

Jusqu’alors, Huawei n’avait pas franchement besoin de ce genre de manœuvres, mais la géopolitique est venue se mêler à ses affaires. Depuis 2019, la firme est sous le coup de sanctions américaines sous fond de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, et elle est même considérée comme une menace à la sécurité nationale outre-Atlantique. En plus de perdre sa licence Android, Huawei a également rencontré de sérieux problèmes en 2020 pour se fournir en composants pour puces électroniques.

Par ailleurs, Huawei est aussi sanctionnée par rapport au déploiement de la 5G, avec ses équipements interdits outre-Atlantique ainsi qu’au Royaume-Uni, et fortement restreints dans les pays alliés des États-Unis. Malgré une baisse de ses ventes, l’entreprise va pouvoir renflouer les caisses grâce à ses brevets : elle devrait gagner entre 1,2 et 1,3 milliard de dollars grâce aux licences de brevets entre 2019 et 2021, selon des estimations de Jason Ding, le responsable des droits de propriété intellectuelle de Huawei.