Dans la nuit du 9 au 10 mars 2021, un important incendie a détruit une partie du centre de données d'OVH à Strasbourg. Deux jours plus tard, l'entreprise française commence à y voir plus clair sur les dégâts exacts et le calendrier de redémarrage. Un premier planning a déjà été évoqué par Octave Klaba, PDG du groupe.

L'heure est à l'état des lieux après l'incendie du data center d'OVH

Nous savons que le data center strasbourgeois est composé de quatre parties : SBG1, SBG2, SBG3 et SBG4. OVH a confirmé que SBG2 a été détruit en intégralité, tandis que SBG1 n'a été détruit que partiellement. Les deux autres parties SBG3 et SBG4 n'ont pas du tout été touchées par l'incendie de jeudi matin.Cependant, elles ne sont évidemment plus alimentées en électricité.

Un premier chiffre du nombre de sites touchés a été annoncé par Netcraft : 3,6 millions répartis sur 464 000 domaines distincts... Du jamais vu. Dans le détail : parmi les sites utilisant un domaine rattaché à la France avec le ".fr", il y aurait 184 000 sites web touchés. Ce qui représente 1,9 % de tous les domaines ".fr" dans le monde. Des sites étrangers utilisant d’autres domaines nationaux, comme le ".uk" ont été touchés ainsi que des sites officiels en Pologne, en Côte d’Ivoire, ou au Pays de Galles.

Un premier calendrier de reprise a été dévoilé

Octave Klaba, le PDG du groupe, a annoncé sur Twitter un calendrier de reprise potentiel. Il est donc prévu de relancer SBG1 et SB4 le 15 mars. Ensuite, dans un second temps, SBG3 pourrait repartir dès le 19 mars. Il faudra un peu plus de temps pour SBG2...

Des travaux de raccordement électriques seront nécessaires pour permettre de relancer les différentes parties du data center. Il faudra également vérifier l’état de la salle réseau, probablement en reconstruire une autre, ainsi que contrôler la fibre optique. OVH prévoit des travaux d'une dizaine de jours pour réaliser ces différentes tâches.

L'implantation d'OVHCloud à Strabourg est situé sur un ancien site du sidérurgiste ArcelorMittal dans le quartier du Port du Rhin. Les clients impactés par l'incendie vont pouvoir bénéficier de ressources alternatives (serveurs dédiés, Public Cloud, Private Cloud) dans les datacenters de Roubaix et de Gravelline détenus également par OHV. 2000 serveurs ont déjà été livrés dans ce cadre, 1000 de plus sont sur le point de l'être.

Maintenant, OVH souhaite également comprendre l'origine de l'incendie. Deux onduleurs en feu au sein de SBG2, ont été détectés par les caméras thermiques des pompiers. L'un d'entre eux avait fait l'objet d'une intervention au cours de la journée du 9 mars... OVH prévoit de retracer l'historique de ces deux journées grâce aux 300 caméras de surveillance présentes sur le site de Strasbourg, pour comprendre précisément cet embrasement. Une certitude demeure : le data center de Strasbourg n'était pas équipé de gicleurs d'eau comme c'est le cas dans les datacenters d'OVHCloud à Beauharnois au Canada.