LinkedIn, une plateforme détenue par Microsoft, est l'un des rares réseaux américains à être encore autorisé en Chine. Selon le South China Morning Post, pour s'assurer d'être toujours en conformité avec la législation locale, le réseau a décidé il y a quelques jours de stopper les inscriptions. Impossible pour les personnes présentes sur le territoire chinois de se créer un compte sur la plateforme pour le moment.

Les inscriptions sont suspendues en Chine sur LinkedIn

Le gouvernement chinois est intransigeant avec les plateformes américaines. Très peu sont autorisées à exister sur le territoire et LinkedIn fait partie des réseaux chanceux qui peuvent proposer leurs services aux chinois. Évidemment, Facebook, Instagram, Twitter et, plus récemment, l'application Clubhouse ont été interdits en Chine. LinkedIn fait les choses bien et préfère donc prendre des pincettes avant d'accepter de nouveaux membres chinois sur sa plateforme.

Un porte-parole du réseau social a déclaré que : "nous sommes une plateforme mondiale avec l'obligation de respecter les lois qui s'appliquent à nous, y compris l'adhésion aux réglementations du gouvernement chinois pour notre version de LinkedIn en Chine". Entré en Chine en 2014, le réseau social a séduit près de 60 millions d'utilisateurs dans le pays. Pourtant, il y a bien une plateforme qui est considérée comme un concurrent de LinkedIn : Maimai, qui compte 250 millions d'utilisateurs en Chine.

Y a-t-il un lien avec le piratage de Microsoft Exchange ?

Cette annonce de LinkedIn intervient quelques jours après la découverte d'un piratage massif sur Microsoft Exchange. Un groupe de hackers parrainé par l'État chinois, connu sous le nom de Hafnium, a réussi à trouver une faille dans les serveurs du géant américain. Près de 60 000 organisations à travers le monde ont été touchées. Selon Microsoft, cette vulnérabilité a permis aux pirates d’accéder aux comptes de messagerie électronique des entreprises, et leur ont également donné la possibilité d’installer des logiciels malveillants qui pourraient leur permettre de revenir sur ces serveurs ultérieurement.

Pourtant, selon le réseau social cette pause n'est pas liée au piratage... Nous n'avons aucune information sur une éventuelle date de reprise des inscriptions. Depuis plusieurs années, la Chine a développé son propre écosystème de médias sociaux, on retrouve notamment les très célèbres Weibo, Maimai, WeChat (avec ses 900 millions d'utilisateurs), ou encore Douyin (avec près de 600 millions d'utilisateurs quotidiens). Le gouvernement chinois applique une politique protectionniste depuis de nombreuses années pour protéger ses réseaux sociaux nationaux, même si les plateformes américaines sont utilisées grâce aux VPN.