Le journal néerlandais De Volkskrant rapporte que l'EMA (l'Agence européenne des médicaments) a été victime de plusieurs cyberattaques au cours de l'année 2020. Selon Reuters, des sources proches de l'enquête affirment que l'entité basée à Amsterdam a fait les frais de hackers russes puis chinois.

La Russie et la Chine s'intéressent à la stratégie européenne

Au cours de ces différentes cyberattaques, des documents relatifs aux vaccins et aux médicaments contre le Covid-19 ont été volés. Le 9 décembre 2020, l'Agence européenne des médicaments faisait justement une courte déclaration à ce sujet pour expliquer les circonstances de l'attaque. Les cyberattaques contre les établissements de santé sont devenues monnaie courante avec la période que nous traversons. Selon Marene Allison, directrice sécurité chez Johnson & Johnson : "les entreprises comme la nôtre sont confrontées chaque minute de chaque jour à des cyberattaques soutenues par des États".

À propos de l'attaque contre l'Agence européenne des médicaments, les enquêteurs savent désormais que des hackers russes et des hackers chinois se trouvaient derrière les différents piratages. Cependant, le ministère russe des affaires étrangères a nié à plusieurs reprises ces allégations. La Chine a pris exactement la même position. L'EMA a pourtant lancé une enquête avec l'aide des autorités néerlandaises et européennes. Pour le moment l'organe européen ne donne pas beaucoup plus de détails sur l'identité des auteurs des attaques.

L'Agence européenne des médicaments mène l'enquête

Dans le rapport partagé par le journal De Volkskrant, nous apprenons que l'Agence européenne des médicaments a d'abord été victime d'une attaque menée par des espions chinois au cours de premier semestre. Plus tard dans l'année, l'EMA a été attaquée par des hackers russes. Généralement, ce genre d'action est coordonnée et soutenue par les gouvernements des attaquants. Au cours du premier piratage, les Chinois ont réussi à pénétrer l'infrastructure de l'EMA en obtenant un accès depuis les systèmes d'une université allemande. Les russes ont exploité les failles du système de l'authentification à deux facteurs.

La porte-parole de l'EMA, Monika Benstetter, a déclaré que : "une enquête criminelle menée par les autorités policières et d'autres entités est en cours et l'EMA coopère bien sûr pleinement". Nous pouvons également lire que les pirates informatiques russes ont eu accès aux systèmes de l'Agence européenne des médicaments pendant plus d'un mois... Ils se sont notamment intéressés aux documents sur les vaccins contre le Covid-19 développés par Pfizer et BioNTech.