Elon Musk n’en finit plus de disrupter de nouveaux marchés. Le projet Starlink de SpaceX, dont la mission est d’offrir un réseau Internet haut débit à toutes les régions reculées du monde, souhaite désormais proposer sa technologie sur des véhicules en mouvement. Un projet qui permettrait d’obtenir un accès continu à Internet lors des déplacements.

Vendredi, SpaceX a demandé à la Commission fédérale des communications aux États-Unis (FCC) l'autorisation de déployer le haut débit par satellite Starlink sur des véhicules en mouvement comme des voitures, des navires, ou des camions. D’après SpaceX il s’agit là d’un projet d’intérêt public, puisque les internautes ne sont plus "prêts à renoncer à la connectivité lorsqu'ils sont en déplacement, qu'il s'agisse de conduire un camion à travers le pays, de déplacer un cargo d'Europe vers un port américain, ou lorsqu'ils sont sur un vol national ou international".

Starlink, qui s’appuie sur un réseau d’un millier de satellites en orbite autour de la Terre pour offrir une connexion internet dans des zones rurales, permettrait ainsi d’obtenir une connexion internet en déplacement. Une mission qui répond aux besoins de connectivité croissant de la population mondiale, mais qui devrait aussi permettre à Starlink de profiter d’une nouvelle source des revenus en proposant son service à des compagnies aériennes par exemple qui factureraient des frais d’accès à leurs clients. Offrir l'Internet Starlink aux acteurs de la mobilité "permettra aux opérateurs et aux passagers d'accéder à des services qui permettent une productivité accrue", déclare SpaceX.

La technologie devrait être similaire à celle installée au sein des 10 000 foyers américains qui ont accès au réseau via un programme bêta sur invitation. Ceux-ci disposent d'une antenne parabolique et d’un routeur pour accéder à internet de chez eux. Un dispositif pour le moment bien trop imposant pour être installé sur des véhicules autre que des avions ou des bateaux. Même si la société n’exclut pas à terme d’équiper les Tesla qui reposent actuellement sur un internet fourni par les opérateurs, Elon Musk précise que pour le moment les véhicules sont bien trop petits pour bénéficier de ce service.

Néanmoins, une telle technologie, si elle fonctionne, permettrait d’imaginer dans un futur proche la fin du roaming (ces frais que l’on paye pour accéder à internet dans un pays à l’étranger) pour les clients de Starlink. Un projet ambitieux qui pourrait révolutionner le secteur des télécoms tel qu'on le connaît aujourd’hui. À tel point que la Commission Européenne réfléchit à sa propre constellation de satellites dans le but de concurrencer Starlink et détenir sa solution souveraine.