Si Joe Biden compte améliorer les relations de son pays avec le reste du monde après le passage de l’ouragan Trump, il semblerait que la Chine ne soit pas logée à la même enseigne. En effet, une mesure très sévère à l’encontre des entreprises de l’Empire du Milieu décidée par l’administration Trump ne devrait pas être abandonnée par le nouveau président… au grand dam du secteur professionnel américain.

Les entreprises américaines ne sont pas forcément pour...

Censée prendre effet très prochainement, la réglementation permet au Département du Commerce d’interdire les transactions commerciales technologiques qui constituent une menace pour la sécurité nationale, avec sans surprise la Chine en ligne de mire. Plus particulièrement, elle concerne les infrastructures, les réseaux et les satellites américains essentiels, les opérations d'hébergement de données de grande envergure, les logiciels de connectivité Internet largement utilisés et les technologies exploitées dans l'informatique de pointe, les drones, les systèmes autonomes et la robotique avancée.

Elle est vivement critiquée par de nombreuses entreprises américaines, à l’image d’Amazon ou encore de Walmart, car elle risque de leur porter préjudice en affectant les ventes ou, dans certaines circonstances, l'utilisation d'une technologie. Dans une lettre publiée juste avant l’investiture de Joe Biden, plus de 30 associations d’entreprises ont d’ailleurs déclaré :

« Nous considérons que la règle proposée est vague et très problématique car, telle qu'elle est rédigée, elle donnerait au ministère un pouvoir presque illimité pour intervenir dans pratiquement toute transaction commerciale entre des sociétés américaines et leurs homologues étrangères concernant la technologie, avec peu ou pas de procédure régulière, de responsabilité, de transparence ou de coordination avec d'autres programmes gouvernementaux qui sont également conçus pour protéger la sécurité nationale ».

Biden emboîte le pas à Trump

Les yeux sont ainsi rivés sur l’administration Biden et son abandon, ou non, de cette mesure. Si la réglementation entre bel et bien en vigueur, alors cela démontrera les plans de Joe Biden quant à sa politique envers la Chine, avec qui les États-Unis s’opposent dans une guerre commerciale sans merci. Pour rappel, son prédécesseur a passé de nombreuses restrictions, pour porter préjudice à plusieurs sociétés chinoises, avec Huawei en tête. TikTok et WeChat ont également été dans le viseur des autorités américaines.

Comme le précise le Wall Street Journal, de nombreux dirigeants américains reconnaissent la menace posée par l’Empire du Milieu, particulièrement par rapport au vol de propriété intellectuelle, de données médicales et d'informations financières personnelles. Elle porte également sur la localisation des citoyens américains et sur l'espionnage d'entreprise à l'intérieur des États-Unis. Néanmoins, ils estiment que la réglementation mettrait trop de pression sur les épaules des entreprises, avec des dommages financiers conséquents : le coût total de la mesure pourrait atteindre 52 milliards de dollars au cours de la première année suivant sa mise en œuvre, selon l'estimation du Département du Commerce.

Pour l’heure, le ton est donné du côté de Biden, qui ne compte pas adoucir sa politique vis-à-vis de la Chine et qui se prépare d’ailleurs à former des alliances avec ses pays alliés pour l’empêcher de prospérer d’un point de vue technologique.