C’est officiel : un premier État des États-Unis a décidé de taxer les recettes publicitaires des grandes entreprises technologiques, bien qu’il n’y ait pas encore de volonté nationale. Une loi a été votée vendredi 12 février 2021 pour imposer une taxe de 10% sur les revenus générés par la publicité. Une taxe qui pourrait rapporter 250 millions de dollars dès cette première année à l’État du Maryland.

Le Maryland va taxer les géants publicitaires à 10%

Les géants du numérique qui génèrent des revenus grâce à la publicité comme Facebook, Google ou encore Amazon, sont concernés par cette nouvelle taxe. Comme l’explique le New York Times, le montant de l’impôt payé par chaque entreprise concernée dépendra des revenus mondiaux de l’entreprise.

Seront imposées uniquement les entreprises numériques qui gagnent au moins 100 millions de dollars par an. Il y a plusieurs tranches d’imposition. Par exemple les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires entre 100 millions de dollars et un milliard de dollars seront imposées à 2,5%. Pour les entreprises qui réalisent plus de 15 milliards de dollars par an, l’impôt sera de 10%.

Le principal partisan de cette nouvelle loi s’appelle Bill Ferguson. Il est le président démocrate du Sénat de l’État du Maryland. Il a déclaré dans une récente publication sur Facebook que cette loi a pour objectif de faire payer aux grandes entreprises technologies leur juste part d’impôts dans l’État, tout comme le font les petites entreprises.

Il ajoute que : « des entreprises comme Amazon, Facebook et Google ont vu leurs profits augmenter de manière exponentielle pendant la pandémie de Covid-19 alors que nos petites entreprises ont du mal à suivre. Nous traversons une période compliquée dans le Maryland. Les foyers et les petites entreprises assument leur part, il est temps que les géants du web prennent la leur ».

Une première étape importante pour les États-Unis

Bill Ferguson a eu du mal à faire passer cette loi. Il s’est heurté à une opposition farouche de la part des groupes de pression de la Silicon Valley, des républicains de l’État du Maryland, et même des médias locaux. Ces derniers affirment que la taxe ne sera pas réellement payée par les grandes entreprises technologiques, mais plutôt par les petites entreprises qui achètent de la publicité pour leurs clients.

Selon Doug Mayer, porte-parole du groupe « Marylanders For Tax Fairness », un groupe qui défend les droits des entreprises : « Bill Ferguson n’a cessé d’augmenter les taxes pour les habitants du Maryland pendant la pandémie. Il s’attaque désormais aux grandes entreprises. Cette augmentation d’impôts est historiquement stupide et nuisible pour d’innombrables petites entreprises et des milliers d’employés. Les habitants du Maryland s’en souviendront ainsi ».

C’est néanmoins un premier pas pour les États-Unis. Le pays était jusqu’à présent opposé à une telle loi sous la présidence de Donald Trump. La taxe du Maryland pourrait inciter d’autres États à faire des efforts similaires. Le Connecticut et l’Indiana ont récemment introduit des projets de loi visant à taxer une partie des revenus publicitaires des géants du numérique, comme le fait la France depuis novembre 2020.