Le marché des taxis volants commence à éveiller la curiosité des grandes compagnies aériennes. La preuve avec cette commande récemment passée par United Airlines : 200 véhicules électriques à décollage vertical (eVTOL) qui permettront d'effectuer des trajets urbains.

United Airlines fait confiance à Archer

Le taxi volant à décollage vertical se situe à mi-chemin entre l'avion conventionnel et l'hélicoptère. Ces engins volants offrent une souplesse de conception ouvrant la voie à de nouveaux usages, notamment dans les déplacements urbains. En France, la RATP veut bâtir une filière de Mobilité Aérienne Urbaine en région parisienne et prévoit de faire voler des taxis volants en Île-de-France dès juin 2021. Si la révolution eVTOL n'a pas eu lieu aussi vite que certains des premiers promoteurs l'espéraient, l'industrie progresse au fil des mois.

La startup Archer a su séduire les géants United Airlines et Stellantis, le nouveau groupe issu de la fusion entre Fiat Chrysler et PSA. Il est prévu que Stellantis accompagne Archer dans la fabrication et le fuselage en fibre de carbone de son engin volant électrique. De son côté, United Airlines a décidé de passer une commande de 200 appareils à décollage vertical pour la somme d'un milliard de dollars. Une décision ambitieuse qui montre volonté du groupe de se tourner vers le futur de la mobilité.

L'eVTOL : l'avenir de la mobilité urbaine

Comme ses concurrents, Archer travaille au développement des taxis volants dans le but de proposer une nouvelle forme de mobilité, pour des déplacements aériens intra-urbain. On peut imaginer que dans quelques années, un client de United Airlines pourrait se rendre en voiture jusqu'à un "vertiport" dans un centre-ville au sommet d'un gratte-ciel urbain. Il pourrait embarquer à bord d'un eVTOL pour un trajet de quelques minutes jusqu'à l'aéroport afin de prendre son avion.

Parmi les autres usages possibles, on peut imaginer que les véhicules eVTOL pourraient également transporter des passagers entre des villes voisines, par exemple de Paris à Rouen, de Marseille à Aix-en-Provence, de San Francisco à Palo Alto, ou de Baltimore à Washington. Si de tels usages sont aujourd'hui accessibles aux personnes fortunées par hélicoptère, on peut penser que la démocratisation des taxis volants pourrait rendre ces trajets accessibles à plus de personnes. Sans compter sur le côté écologique et silencieux de cette solution.

Actuellement le prototype d'Archer nécessite la présence d'un pilote. À terme, la startup affirme que son taxi volant sera totalement autonome et qu'il pourra voler seul, sans aucun pilote à bord du cockpit. Cela permettra de pouvoir placer un autre passager à bord du véhicule volant. Le développement des eVTOL impose une évolution réglementaire de taille. Une révision du contrôle du trafic aérien semble indispensable.