Tout ça pour ça… Cela pourrait être la conclusion de cette affaire qui opposait ByteDance à l’administration Trump. Dans un feuilleton sans fin entre août et novembre 2020, Donald Trump aura tout tenté pour bannir TikTok des États-Unis pour finalement faire racheter la branche américaine du réseau social par Oracle. Aujourd’hui cet étrange accord semble avoir été mis en suspens indéfiniment.

Le tour de force raté de Trump avec le rachat de TikTok par Oracle

Selon un récent rapport du Wall Street Journal, cette transaction entre TikTok et Oracle n’a abouti à rien et semble désormais en veilleuse. Des sources proches du dossier ont déclaré cela aux journalistes du journal américain. Revenons quelques mois en arrière (ce qui semble être une éternité). En août 2020, Trump annonce qu’il est sur le point de bannir TikTok des États-Unis. Un coup dur pour le réseau social en pleine ascension à travers le monde, notamment aux États-Unis où la plateforme a enregistré un taux de croissance de 375% entre 2019 et 2020.

Si TikTok était dans le viseur du gouvernement américain, c’est parce que selon Donald Trump, la société mère du réseau social ByteDance, collecte et partage les données des utilisateurs américains avec le gouvernement chinois. Le 31 juillet 2020, Donald Trump a ainsi affirmé qu’il allait signer un décret dans le but d’interdire l’application dans son pays. Finalement, il a décidé de laisser 90 jours à TikTok pour trouver un acheteur américain.

L’administration Biden examinera tout de même les risques

Plusieurs prétendants se sont présentés : Microsoft, Walmart, Oracle… Twitter a même été en pourparlers pour acquérir TikTok. Finalement, après de longues discussions, TikTok avait choisi Oracle. Cependant, l’accord avec Oracle s’est avéré ne pas être une « acquisition réelle », comme l’administration l’avait prétendument souhaité. Au lieu de cela, l’accord a produit un arrangement vague qui ferait d’Oracle un « partenaire technologique de confiance » pour TikTok.

Pourtant, alors qu’elle tentait de finaliser le rachat, la maison mère de TikTok déclare devant un tribunal qu’elle n’a plus de nouvelle du gouvernement américain. Le Wall Street Journal rapporte que la nouvelle administration, dirigée par le président Joe Biden, mène sa propre enquête sur les problèmes potentiels de sécurité nationale liés à TikTok avant de prendre une décision sur le sort de l’application.

Emily Horne, porte-parole du Conseil national de sécurité, a déclaré ceci : « nous avons l’intention de développer une approche globale pour sécuriser les données américaines, qui répond à toute la gamme des menaces auxquelles nous sommes confrontées. Cela inclut le risque posé par les applications chinoises ».