Le week-end dernier, Amazon a publié son rapport de transparence pour la deuxième partie de 2020, c’est-à-dire de juillet à décembre. Un chiffre impressionnant en ressort : l’entreprise a reçu 27 664 demandes d’autorités souhaitant obtenir des données d’utilisateurs. C’est une augmentation de 800% par rapport au six premiers mois de l’année, où 3 200 requêtes ont été enregistrées.

Ces demandes concernent notamment les recherches sur la marketplace d’Amazon, l’enceinte intelligente Echo, la sonnette connectée Ring ou encore l’Amazon Fire TV. Dans son rapport, le géant de la vente en ligne sépare les demandes en deux catégories : les informations de contenu et les informations de non-contenu. Tandis que les premières « comprennent principalement le contenu des fichiers de données stockés sur le compte d'un client (comme ses photos) », les secondes incluent « les données de base sur l'abonné (telles que le nom, l'adresse, l'adresse électronique, les informations de facturation et la date de création du compte) ».

Étonnamment, le pays ayant effectué le plus de requêtes est l’Allemagne avec 11 735 d’entre elles, suivie de l’Espagne (5 209), de l’Italie (3 101), des États-Unis (3 060), du Royaume-Uni (1 181) et de la France (857). Sur l’ensemble d’entre elles, seulement 52 concernaient des informations de contenu. Amazon a également révélé que des demandes similaires avaient été faites concernant sa division cloud, Amazon Web Services, pour laquelle elle a établi un rapport séparé. Au total, 523 requêtes ont été réalisées, 75% d’entre elles émanant des autorités américaines. La France compte pour 5,2% d’entre elles, soit 27 demandes.

Malheureusement, Amazon reste très discrète sur ses rapports de transparence, et elle n’a pas donné d’informations supplémentaires qui pourraient expliquer une telle hausse des demandes par rapport aux six mois précédents. D’ailleurs, le rapport de la firme est l’un des plus concis des géants de la tech ; constitué de trois pages, il explique rapidement comment elle s’y prend pour répondre aux requêtes des autorités sans aller dans le détail quant aux données qui leur sont livrées. Amazon est le dernier acteur majeur de la tech à avoir pris la décision de publier des rapports de transparence en 2015, rappelle TechCrunch.