Nous savons depuis quelques mois qu’Apple prévoit de collaborer avec Hyundai, notamment en utilisant sa plateforme E-GMP. On peut lire sur Apple Insider que, selon le célèbre analyste Ming-Chi Kuo, Apple pourrait également travailler avec l’américain General Motors et l’européen PSA pour développer son projet d’Apple Car.

L’Apple Car ne verra pas le jour sans l’aide des grands constructeurs

La toute première Apple Car sera très certainement construite à partir de la plateforme E-GMP de Hyundai. Il n’ya plus beaucoup de suspens à ce propos. Selon Ming-Chi Kuo, Kia, une filiale du groupe Hyundai, pourrait se charger de la production du véhicule aux États-Unis. La plateforme E-GMP dévoilée en décembre est un petit bijou technologique dédiée aux véhicules électriques qui comprend deux moteurs.

Le constructeur affirme que sa plateforme a une autonomie maximale de 500 kilomètres et qu’elle peut être rechargée à 80% en seulement 18 minutes. L’E-GMP affiche également des performances incroyables avec une accélération de 0 à 100 kilomètres en seulement de 3,5 secondes et un plafond de vitesse à 260 km/h. Pour Ming-Chi Kuo, cela ne fait plus aucun doute : Apple va bien confier la fabrication et l’assemblage des pièces aux constructeurs automobiles.

La marque à la pomme développe bien une technologie de conduite autonome, mais la construction d’un véhicule comporte environ 40 à 50 fois plus de pièces qu’un smartphone. Ce n’est pas du ressort d’Apple, encore moins si l’entreprise veut sortir un véhicule rapidement. L’analyste estime que le géant technologique ne pourra pas mettre en place sa propre chaîne d’approvisionnement automobile, comme c’est le cas pour l’iPhone, l’iPad ou l’Apple Watch, sans subir des retards importants.

General Motors et PSA sont sur les rangs

C’est pour cette raison qu’Apple fait appel à plusieurs constructeurs automobiles : Hyundai, mais pas que. Apple pourrait également travailler avec General Motors et PSA. Deux constructeurs qui ont une grande expérience du développement et de la production et qui pourraient permettre à la marque à la pomme de réduire considérablement le temps de développement de son Apple Car. Au passage, les constructeurs automobiles pourraient faire un joli coup marketing.

Ming-Chi Kuo écrit que : « nous pensons qu’Apple tirera parti des ressources des constructeurs automobiles actuels et se concentrera sur le matériel et les logiciels de conduite autonome, les semi-conducteurs, les technologies liées aux batteries, les conceptions de facteurs de forme et d’espace interne, l’expérience utilisateur innovante et l’intégration dans l’écosystème existant d’Apple ».

Selon l’analyste, l’Apple Car ne pourra malgré tout pas voir le jour avant 2025. Une date encore considérée comme ambitieuse pour une entreprise technologique qui fait sa toute première incursion dans une nouvelle industrie. Il y a également peu de doute sur le fait que le géant technologique commercialisera probablement son véhicule comme un modèle très haut de gamme, ou du moins plus haut de gamme qu’un véhicule électrique standard.