Neuralink, l’entreprise fondée par Elon Musk en 2016 qui conçoit et installe des interfaces cerveau-machine (ICM), aurait implanté un singe. Interrogé sur les derniers avancements de Neuralink, Elon Musk a déclaré que ses équipes réalisaient actuellement des expériences sur des singes pour leur permettre de jouer à des jeux vidéo par la pensée.

Neuralink permet à un singe de jouer aux jeux vidéo par la pensée

Le patron de Neuralink s’est exprimé sur Clubhouse, un nouveau réseau social accessible sur invitation. Musk a fait part des derniers avancements de son entreprise qui conçoit des interfaces cerveau-machine. Après de premiers tests sur des truies dévoilés en septembre 2020, Neuralink semble avoir fait un pas de géant : une interface cerveau-machine a été implantée dans le cerveau d’un singe. Le patron de Neuralink précise que des vidéos seront publiées dans les semaines à venir. Nous pourrons alors constater les résultats de cette expérience.

Musk a déclaré ceci : « nous avons un singe qui a un implant sans fil dans le crâne, avec des minuscules fils, qui peut jouer à des jeux vidéo avec son esprit. Vous ne pouvez pas voir où se trouve l’implant et c’est un singe heureux. Nous avons les plus belles installations pour singes du monde. Nous voulons qu’ils jouent au mind-Pong les uns avec les autres ». L’interface cerveau-machine de Neuralink aura certainement d’autres applications, dont certaines pourraient être très « gadgets ». Elon Musk avait par exemple dit que Neuralink nous permettrait de streamer de la musique dans notre cerveau.

L’ICM doit permettre de mieux comprendre les maladies neurologiques

Évidemment, derrière ces effets d’annonce et le discours en apparence léger d’Elon Musk, se cachent des recherches scientifiques très sérieuses. L’homme récemment devenu le plus riche du monde, veut faire de sa technologie de liaison cérébrale un remède aux lésions du cerveau et de la colonne vertébrale afin de compenser la perte de capacité grâce à une puce implantée dans le cerveau. La seconde application, c’est l’amplification de l’homme. Selon Musk : « les ICM vont permettre la fusion avec l’intelligence artificielle ».

Philip Sabes, co-fondateur de Neuralink, rappelait récemment que l’ICM doit avant tout permettre de mieux comprendre les maladies neurologiques. C’est l’objectif principal et la raison d’être de l’entreprise. Pour le moment, le dispositif d’Elon Musk n’a pas encore été testé sur des humains. Cette étape sera capitale pour l’entreprise. Par ailleurs, précisons que Neuralink n’est pas la première entreprise à travailler sur ce sujet. En Chine, un humain a déjà pu contrôler les déplacements d’un rat grâce à une ICM similaire à celles développées par les équipes de Musk.