Dans une lettre adressée à la communauté YouTube et plus particulièrement aux créateurs, la PDG de la plateforme, Susan Wojcicki, a fait le bilan de l’année 2020, puis donné les lignes directrices pour 2021.

Elle révèle ainsi, sans grande surprise, que 2020 a été une année très prolifique pour YouTube, notamment pour le secteur gaming : la plateforme a cumulé 100 milliards d’heures de contenus jeux vidéo visionnées au cours de l’année. La pandémie de Covid-19 a toutefois fait exploser la circulation de fake news, aussi bien sur YouTube que sur d’autres sites. Si des mesures ont déjà été mises en place pour lutter contre ce fléau, par exemple avec l’introduction d’un outil de fact-checking, Susan Wojcicki annonce que la plateforme va désormais combattre le mouvement anti-vaccin avec la promotion de contenus faisant le consensus au sein de la communauté scientifique. Elle affirme par ailleurs que la santé sera au cœur des priorités de YouTube en 2021 :

« Cette année, nous intensifions nos efforts pour rendre l'information sur la santé plus accessible et plus compréhensible afin d'améliorer la santé des utilisateurs dans le monde entier. Nous avons récemment annoncé de nouveaux partenariats avec des organisations telles que l'American Public Health Association, la Cleveland Clinic et la Mayo Clinic. Nous continuerons à créer de nouveaux partenariats dans le domaine de la santé afin d'apporter des informations fiables sur la santé sur YouTube, notamment en Europe et en Asie ».

La PDG a par ailleurs révélé que YouTube avait déboursé plus de 30 milliards de dollars en trois ans pour rémunérer les créateurs, les médias et les artistes. Elle cite notamment un rapport d’Oxford attestant que l’écosystème Youtube a contribué au PIB américain à hauteur d'environ 16 milliards de dollars en 2019, soit l'équivalent de 345 000 emplois à plein temps. En France, ce chiffre est de 515 millions de dollars, soit 15 000 emplois. Dans sa lettre, Susan Wojcicki a déclaré que des efforts seraient faits au niveau de la transparence entre YouTube et ses créateurs : « plus de transparence dans nos politiques, plus de soutien disponible pour les créateurs, et des améliorations au processus d'appel pour les créateurs », explique-t-elle. En outre, la plateforme commencera bientôt à demander aux créateurs américains qui se porteront volontaires d’indiquer leur origine ethnique, leur genre ainsi que leur orientation sexuelle, dans le but d’analyser les discriminations dont ils sont victimes sur YouTube.

Plus surprenant ; Susan Wojcicki a évoqué les régulations en cours aux États-Unis ainsi qu’en Europe, notamment à propos de la Section 230, qui pourvoit une immunité aux réseaux sociaux outre-Atlantique et sera peut-être « réinterprétée », et du Digital Services Act européen, dont le but est de mieux contrôler les Big Tech. Ces nouvelles régulations pourraient mener à des changements importants sur la plateforme.

Enfin, la PDG a donné des nouvelles de Shorts, le format de courtes vidéos lancé en 2020 pour venir concurrencer TikTok : « Jusqu'à présent, les vidéos de notre nouveau player Shorts - qui aide les gens du monde entier à regarder de courtes vidéos sur YouTube - reçoivent un nombre impressionnant de 3,5 milliards de visionnements par jour ».