Sur l’année 2020, le paysage de la tech chinoise a été marqué par 604 acquisitions. ByteDance devance les autres géants de la tech en ayant racheté neuf entreprises. En investissant dans la santé, ou encore l’éducation, la maison-mère de TikTok délaisse ses activités historiques et se diversifie. ByteDance a investi dans quatre entreprises du secteur de la santé et de l’éducation, deux pour chacun. Elle a également racheté une entreprise détenant une licence de paiement en ligne et s’ouvre ainsi les portes du commerce sur internet.

Si ByteDance devance ses pairs sur le nombre d’investissements, cela ne veut pas dire que les autres sont absents. Tencent la talonne avec huit acquisitions. Vient ensuite JD.com avec six rachats, puis Alibaba, qui malgré les récents tourments, s’est offert cinq entreprises.

Selon un rapport de ITJuzi, publié le 21 janvier 2021 et relayé par le South China Morning Post, les investissements dans le secteur des nouvelles technologies ont poursuivi la même tendance qu’en 2019, soit un ralentissement. Avec 4 300 transactions, les investissements ont chuté de 18%. Néanmoins, leur valeur totale a augmenté de 11,7% pour atteindre 126 milliards de dollars. Cela est en partie dû à l’accroissement de la demande qui a été stimulée par la pandémie de Covid-19. Les secteurs de l'éducation et de la santé en ligne ont été propulsés par la crise sanitaire. « Le financement de la plupart des industries a diminué, mais la santé et l'éducation ont doublé en 2020, ce qui a entraîné une hausse du montant total des financements pour l'année écoulée », note le rapport.

« Cela pourrait également être une opportunité pour les petits acteurs »

Le rapport met en avant que les récentes mesures de Pékin visant à encadrer les activités des géants de la tech pourraient nuire à leur croissance en 2021. « Les titans chinois du numérique vont être soumis à un examen plus sévère de la SAMR, l'organisme de régulation anti-monopole, en particulier dans les secteurs des technologies de pointe et des médias », souligne Ling Yang, la rédactrice en chef de Mergermarket Chine. Pour Cameron Johnson, professeur adjoint à l'université de New York, les prochaines acquisitions seront à la fois plus restreintes et stratégiques : « Les entreprises devront être particulièrement prudentes avec les acquisitions à l'étranger car la sécurité nationale, les contrôles à l'exportation et d'autres politiques auront la priorité dans toute activité de fusion et d'acquisition ».

Néanmoins, les mesures du gouvernement chinois pourraient favoriser d’autres acteurs : « Cela ne les empêche pas de rechercher des partenariats, d’en négocier ou encore de prévoir des participations mineures dans des entreprises prometteuses. Cela pourrait également être une opportunité pour les petits acteurs ou les investisseurs privés d'être plus actifs dans la recherche d‘entreprises », explique le directeur de la société de conseil AlixPartners Jason Ong.

Sur les dix dernières années, ITJuzi identifie quatre phases du développement de l’industrie numérique : épanouissement, explosion, pic, et creux. Selon l’organisme, la dernière phase a commencé en 2019, année pendant laquelle le nombre de transaction a chuté de 3%, tout comme leur montant, qui a décroît de 42%. Les experts s’attendent à ce que cette phase dure entre trois et cinq ans.