Avec le développement de l’ère digitale de manière globale, les entreprises et institutions font face à de nouveaux enjeux, notamment lors du recrutement de nouveaux candidats. Devez-vous rechercher des professionnels qui possèdent des compétences acquises sur les bancs de l’école ? La réponse est non car un critère est devenu inhérent, parfois prioritaire, sur l’ensemble des candidats qui postulent. C’est sous l’expression de « soft-kills » que nous parlons des talents particuliers que possèdent chaque personne, dans son rapport social aux autres. Capable d’empathie, leader naturel ou créer le dialogue et faire disparaître les tensions, de tels talents sont devenus hermétiques sur un CV et pourtant très recherchés. Que vous postuliez à un poste ou que vous souhaitez développer vos compétences au quotidien, nous vous donnons toutes nos astuces en vue d’améliorer vos soft-kills.

Que sont les soft-kills ?

Voici un premier paragraphe qui tend à faire le debrief sur ce que sont et comment améliorer ses soft-kills.

Qu’est-ce que c’est exactement ?

Cette expression de soft-kills désigne des compétences propres à chacun, inhérentes à notre personnalité, nos valeurs, notre manière de concevoir le travail. Il s’agit avant tout d’aptitudes comportementales qui nous différencient dans nos rapports relationnels et qui sont des plus-values pour une entreprise.
Ils sont souvent placés ainsi en contradiction avec les hard-skills, soit des compétences techniques et méthodologiques, acquises par le travail et l’expérience, qui n’avaient rien d’innés. Entre autres, si vous avez détecté chez vous ou qu’on vous a fait remarquer une aptitude naturelle utile, développez-la !

Comment améliorer les soft-kills ?

En vue d’améliorer votre soft-kills, il existe de nombreuses méthodes. Par exemple, en dernière tendance très appréciée par de nombreux usagers, les podcasts permettent d’ailleurs de développer les soft-skills tout au long de la journée. En effet, avec votre casque sur les oreilles, vous apprenez via les conseils de chef d’entreprise, manager ou coach professionnel, à comprendre à améliorer vos soft-kills au quotidien.

1 – Mieux comprendre le processus

Pour améliorer un soft-kills relationnel, encore devez-vous comprendre comment le mettre en place et comment le faire progresser. Par exemple, un jeune étudiant qui a peur de postuler à une entreprise pour la toute première fois à une personnalité timide peut-être (difficilement changeable), mais pour une émotion qu’il peut contrôler. Dans ce cas de figure, il est facile de faire disparaître sa peur ou tout simplement de la maîtriser. Un coach est un excellent moyen pour apprendre à gérer ce type d’émotion, garantissant à l’étudiant de mieux réussir ses entretiens.

2 – S’intéresser au processus par la lecture

En plus d’écouter via des podcasts réalisés par des professionnels, il est possible de tout simplement se documenter sur le sujet via la lecture. Ainsi, vous allez aux points qui vous intéressent plus rapidement. Pour en apprendre plus à ce sujet, nous vous recommandons l’article de Forbes, détaillant le point de vue de Jérôme Hoarau, coauteur avec Fabrice Mauléon et Julien Bouret du Réflexe Soft skills (Dunod 2014), dans un cadre entrepreneurial.

3 – Organiser son environnement de travail

Vous savez que vous ne pouvez donner le meilleur de vous-même que sur votre lieu de travail ? C’est une grande erreur car il vous suffit d’améliorer votre soft-kills chez vous pour comprendre qu’il s‘agit avant tout d’une question d’organisation. En effet, vous pouvez reproduire les conditions dans lesquelles vous travaillez sur votre lieu de travail pour retrouver productivité, rapidité et efficacité. Pour améliorer ce soft-kills particulier, vous pouvez déjà vous reposer sur un coach à distance, en vue de vous proposer de travailler sur trois points :
Vous apprenez la gestion de votre temps afin que vous n’en perdiez plus. Vous apprenez notamment à gérer vos priorités afin d’être prêt à démarrer votre journée.
Vous réagencez si nécessaire votre espace de travail personnel ou professionnel, mais il n’y a aucune raison que vous ne puissiez pas reproduire un espace sain et efficace, en vue de la journée de travail que vous avez à accomplir.
Disposez-vous des outils et logiciels nécessaires au développement de votre espace de travail ? Avez-vous vraiment tout essayé ? Des applications existent pour vous proposer des organisations rapides et faciles. Une fois pris en main, vous gagnez un temps considérable chaque jour.

Science-Po vous en dit plus à ce sujet si cela vous intéresse.

4 – Osez aller à l’encontre de vos difficultés

Il n’a a pas de secret pour améliorer ses soft-kills que le travail et la répétition. Comme lors de l’apprentissage d’un rôle à un cours de théâtre, vous avez besoin de repères dans l’espace-temps pour que les outils mis à votre disposition deviennent des automatismes. Pour ce faire, vous n’avez d’autres choix que de vous confronter directement aux obstacles qui se dressent face à vous. Pour reprendre le cas de l’étudiant qui est effrayé de passer des entretiens, ce n’est qu’en les travaillant au préalable et en enchaînant plusieurs entretiens qu’il trouvera des paroles et des gestes à adopter qui le rassureront, jusqu’à ce que la peur disparaisse totalement.