Après des années de recherche et développement, de tests et d’expérimentations, Alphabet préfère finalement mettre un terme au projet Loon. Les ingénieurs d’Alphabet travaillaient sur ce projet depuis 2013. La maison mère de Google a pris sa décision : les immenses ballons flottants dans les airs qui pouvaient fournir des services Internet aux zones sinistrées ou aux zones reculées, ne voleront plus jamais.

Le projet Loon n’est pas prêt d’être rentable

Dans un billet de blog publié le 22 janvier 2021, Astro Teller, directeur du X Lab, s’est exprimé au sujet de la fermeture de Loon. Il affirme que : « le chemin vers la viabilité commerciale s’est avéré beaucoup plus long et plus risqué qu’espéré. Dans les mois à venir, nous allons commencer à mettre un terme aux opérations de Loon et nous avons décidé que ce projet ne fera plus partie des grands paris d’Alphabet ». Peut-être que vous vous direz : tout ça, pour ça ? Effectivement, Loon avait été assez loin dans son développement.

Depuis 2013, une équipe d’ingénieurs travaillent sur le projet. En 2018, Loon est même devenue une société indépendante au sein d’Alphabet. Il y a à peine six mois, l’entreprise lançait sa première offre commerciale au Kenya. Aux côtés de Telkom Kenya, s’était fixé comme objectif de connecter les habitants des zones reculées du pays. C’était le gouvernement kenyan qui avait réclamé le déploiement des ballons d’Alphabet. Ces derniers couvraient une zone de 50 000 kilomètres carrés. Une région normalement très mal desservie par les réseaux de télécommunication à cause du terrain montagneux.

Les employés vont être dispatchés au sein du X Lab

Les ballons de Loon avaient aussi été déployés à Porto Rico après l’ouragan Maria en 2017 et au Pérou après un tremblement de terre en 2019. Sur l’île de Porto Rico, 95% des installations au sol consacrées à la téléphonie mobile avaient été dévastées par la tempête. Les ballons de Loon ont permis aux habitants de retrouver une connexion très rapidement, alors même que les infrastructures n’avaient pas été réparées. Preuve de l’efficacité de ces engins volants dans les zones sinistrées.

Selon Astro Teller, Loon fait tout son possible pour placer les ingénieurs qui bossaient sur ce projet dans d’autres filiales d’Alphabet. Il précise que le projet au Kenya prendra fin dans quelques semaines. Afin de soutenir les personnes au Kenya qui pourraient être affectées par la perte du service de Loon, l’entreprise s’engage à verser 10 millions de dollars pour aider les associations à but non lucratif et les entreprises au Kenya qui travaillent à améliorer la connectivité, l’entreprenariat et l’éducation dans le pays.